SANDIARA ET SA ZONE INDUSTRIELLE TABLE À TERME SUR 10 MILLE EMPLOIS

La zone industrielle de Sandiara devrait générer 10 mille emplois d’ici 2025, dont un millier entre 2017 et 2018, a annoncé le maire de cette commune du département de Mbour (ouest), le docteur Serigne Guèye Diop.

« En ce moment précis, au niveau du nouveau lycée de Sandiara où on est en train de construire, simultanément, 35 bâtiments, 200 personnes y travaillent tous les jours », a-t-il avancé dans un entretien avec des journalistes, samedi, en marge de la troisième édition de la coupe dotée du trophée du maire de Sandiara.
.
« Il y a une usine qui emploie une quarantaine de jeunes, et depuis une semaine maintenant, deux usines sont en train de recruter », a signalé le maire de Sandiara.

Selon lui, dès février, « 300 personnes dont 150 le jour et le même nombre la nuit, vont pouvoir travailler au niveau de certaines usines établies dans la zone industrielle ».

A partir de l’année prochaine, « six usines vont s’implanter et chacune d’elles prévoit, au moins, 200 emplois », si l’on en croit le docteur Serigne Guèye Diop, par ailleurs conseiller spécial du chef de l’Etat, Macky Sall.

« Notre objectif, dans les deux ans qui viennent, 2017-2018, c’est d’arriver, au moins, à dépasser le cap de mille emplois, avec un objectif de 10 mille emplois en 2025, pas seulement pour Sandiara, mais aussi pour tout le département de Mbour et pour Fatick, etc. », a-t-il dit.

Il a par ailleurs annoncé l’arrivée d’investisseurs américains pour l’installation d’une usine d’emballage, de même que Sandiara devrait accueillir un autre investisseur sénégalais, promoteur d’une usine de fabrication de poteaux et de matériel électrique. Soit un total de 32 usines, selon lui.

S’agissant des infrastructures sportives, il renseigne que Sandiara dispose déjà d’un stade municipal qui va bien être doté d’un gazon et mis aux normes, avant d’annoncer la création d’une équipe de ville.

Celle-ci est appelée à évoluer dans le championnat national de football professionnel « dès l’année prochaine, à l’instar du Stade de Mbour, de la SONACOS de Diourbel, la Compagnie sucrière de Richard-Toll, entre autres clubs de ville ».

« Nous voulons également créer un centre de formation à l’image de l’académie Diambars », afin que « la commune puisse aussi regrouper tous les talents, pas seulement de la commune, mais de tout le département de Mbour, pour leur donner la chance d’être, un jour, des internationaux transférés dans des clubs de rang mondial », a-t-il indiqué.

Voir aussi

« FERME FACTORY » Pour un retour des jeunes vers la terre

La direction de la Factory, en partenariat avec l’Agence nationale d’Insertion pour le Développement agricole …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *