ACTUALITES

Sanoussi Diakité, Dg Office national de formation professionnelle Qualification pour les jeunes : insertion, performance  et sécurisation de l’emploi

  • Date : 30 juin 2015

 Le Sénégal a une population jeune. En quête d’emploi. Mais la formation professionnelle est importante pour pouvoir s’insérer dans le monde du travail, avoir des revenus décents, et même aujourd’hui, décrocher un titre de qualification. Des opportunités qui s’ouvrent, grâce à la vision de Sanoussi Diakité. Le Dg de l’office national de formation professionnelle révolutionne ainsi, une structure qui a sa part à faire valoir dans ce grand chantier qu’est l’émergence.

L’office national de formation professionnelle affiche l’ambition et la révolution. Avec un satisfécit de son directeur général. Une structure qui aujourd’hui, couvre quatre services. Aujourd’hui, la formation, la construction de salles, la recherche, la production de supports et de manuels, l’édition, sont autant d’innovations inscrites dans l’agenda. C’est ainsi, que selon Sanoussi Diakité, la «maitrise d’ouvrages délégués» figure aussi sur les tablettes. Il s’agit de la Fpec, la formation professionnelle pour emploi et la compétitivité, financée par la Banque Mondiale et l’Afd. Dans les domaines du tourisme, de l’agriculture…

Dans ce dessein et par souci d’une meilleure offre, la structure  a lancé la «délivrance de titre professionnel et de qualification». Pour soutenir les «secteurs informels qui n’ont pas de reconnaissance» et «être sur le boulevard de la profession». Une aubaine pour l’ébéniste, l’opérateur bureautique et autres acteurs de la vie économique. Ainsi, 8103 personnes ont-elles été formées, avec un pourcentage important de femmes. 69¨% contre 31% pour les hommes. Avec une qualification de 515 personnes. Une formation qui se fait selon la répartition géographique, le taux de traitement des demandes. Dans diverses filières, comme l’agro-alimentaire, l’informatique, les langues, l’environnement, etc.

Qui dit formation, pense programme Sénégal émergent. Dans ce sillage, l’Onfp est en phase avec la politique définie par le président de la République. Pour le Dg, l’agriculture et l’élevage sont des secteurs prioritaires du Pse. Et avec les «investissements prévus», «préparer  une main d’œuvre qualifiée». Déjà présente dans les Dac, à Diamniadio,  Avec des attentes particulières accordées à la formation professionnelle. Une formation capable de s’articuler aux besoins, enjeux. Une formation dans des secteurs où il est possible de trouver de l’emploi. C’est ainsi que pour M. Diakité, l’insertion c’est «avoir les aptitudes, la qualification, pour être performant dans la vie active, s’introduire de manière à acquérir des revenus de son travail». Mais activités signifient aussi «produire des biens et des services destinés à une clientèle qui doit apprécier positivement». Dans sa logique, «il faut donc un niveau de qualité, pour que cela intéresse la clientèle et l’écoulement». C’est pourquoi, dans tous les métiers, «quand on est qualifié, on pose le geste professionnel et on pose le plan de carrière». Donc, sans qualité, c’est la précarité.

Au Sénégal, le «travail est à 85% dans l’auto-emploi». Il faut donc, «donner de la qualification aux jeunes pour pouvoir s’insérer et y être performant». Et avec cette nouvelle vision des autorités, les secteurs des Tic et du Btp sont «porteurs». Ils seront, dans un futur proche, de «grandes infrastructures avec de la main d’œuvre qualifiée».

Le Royaume du Maroc et l’Etat du Sénégal comptent renforcer leur partenariat. Lors de la visite de sa Majesté, le Roi Mouhamet 6, l’office national de la formation professionnelle et de la promotion du Royaume du Maroc et l’office national de formation professionnelle du Sénégal ont signé un «accord de formation professionnelle et une convention cadre de partenariat», avec la mise en œuvre de programmes spécifiques annuellement établis. C’est l’ère de la diplomatie économique.

Selon Sanoussi Diakité, «dix axes de coopération ont été retenus». Ils concernent, «la formation et le perfectionnement du personnel formateur dans les secteurs prioritaires», le «jumelage entre les établissements», la «formation de jeunes sénégalais dans les entreprises marocaines», «les voyages d’échanges», etc.

Des modalités qui seront étudiées, souligne le Dg de l’Onfp, selon un «programme annuel établi par les deux parties». Avec pour «chaque projet, des modalités et chronogrammes préalablement établis».

Ndèye DIAW

Comments are closed.

Les Plus Populaire
Title
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15