Accueil / ECONOMIE / Secteur secondaire et tertiaire- recouvrement des créances et la baisse de la demande plombent les activités

Secteur secondaire et tertiaire- recouvrement des créances et la baisse de la demande plombent les activités

Les principales contraintes à l’activité sont, entre autres, les difficultés de recouvrement des créances (38%), la baisse de la demande (29%), mais aussi la concurrence supposée déloyale (48%), selon une enquête d’opinion menée auprès des industriels sénégalais en décembre 2017.

La majorité des chefs d’entreprises interrogés a déclaré des baisses mensuelles respectives de la production et des  stocks de produits finis, dans un contexte de renforcement des commandes. D’après les services de la Direction générale de la planification et des politiques économiques, au total, l’activité industrielle reculerait, en variation mensuelle tout en restant au-dessus de sa moyenne de long terme. En perspectives pour le mois de janvier 2018, la production et les carnets de commande resteraient au-dessus de leurs moyennes respectives de long terme. « Dans le sous-secteur des bâtiments et travaux publics, les difficultés de recouvrement des créances (100%), la concurrence jugée déloyale (50%), la fiscalité (50%) et l’accès difficile au crédit (38%) sont cités par les entrepreneurs comme les principales contraintes à l’activité, en décembre 2017 », note-t-on.

En somme, le sous-secteur se replierait, en variation mensuelle, en phase avec les évolutions respectives des carnets de commande publiques et privées. En janvier 2018, les entrepreneurs tablent sur une activité et des commandes publiques et privées en dessous de leurs moyennes respectives de long terme. S’agissant des services, informe  la source,  les prestataires ont évoqué les difficultés de recouvrement des créances (47%), la concurrence supposée déloyale (35%) et la fiscalité (29%) comme principales entraves aux affaires, durant le mois de décembre 2017.

Par ailleurs, la plupart des enquêtés ont évoqué une baisse de l’activité malgré un léger accroissement des carnets de commande, en rythme mensuel. De plus, les tarifs pratiqués ont augmenté, sur la période. Pour le mois de janvier 2018, la direction générale de la planification et des politiques économiques soutient que les tarifs resteraient en dessous de leur moyenne de long terme alors que les carnets de commande se renforceraient pour s’établir au-dessus de leur niveau moyen. Au niveau du sous-secteur commercial, les difficultés de recouvrement des créances (89%), la fraude et la corruption (33%), la baisse de la demande, la concurrence jugée déloyale, les difficultés d’approvisionnement ainsi que le manque d’infrastructures (22%), ont constitué les principales contraintes à l’activité durant le mois de décembre 2017.Toutefois, les commerçants interpellés ont indiqué une légère augmentation de leurs chiffres d’affaires  en phase avec la bonne tenue des carnets de commande. En outre, les stocks de produits finis sont ressortis légèrement au-dessus de leur niveau moyen de long terme. En perspectives pour le mois de janvier 2018, les carnets de commande resteront en dessous de leur niveau moyen de long terme, selon les enquêtés.

Zachari BADJI

À voir aussi

Rufisque offshore : Total cède 30% à Petronas

La Malaisie met les pieds dans le pétrole sénégalais. Selon Les Echos, Total a cédé …

Mboumba: Le Puma injecte 30 millions pour réhabiliter la canalisation

30 millions de nos francs, c’est le montant que le Puma a injecté pour la …