Accueil / ECONOMIE / Secteurs secondaire et tertiaire: La concurrence déloyale, l’une des contraintes des industriels

Secteurs secondaire et tertiaire: La concurrence déloyale, l’une des contraintes des industriels

Le climat des affaires s’est amélioré au mois d’août 2018, en évolution mensuelle. Cette situation reflète la bonne orientation de l’opinion des industriels et des entrepreneurs de BTP enquêtés. Sur un an, l’indicateur de climat des affaires a gagné 0,4 point, en août 2018.

 La concurrence jugée déloyale (28%), les difficultés de recouvrement des créances (21%) et les difficultés d’approvisionnement (18%) sont  les  principales  contraintes signalées  par la majorité des industriels interrogés durant le mois d’août 2018. Néanmoins, précise la Direction générale de la planification et des politiques économiques,  l’indicateur de climat des affaires a gagné 8,6 points dans le sous-secteur, en rythme mensuel, du fait de l’augmentation de la main d’œuvre employée et du déstockage de produits finis pour faire face à l’augmentation des commandes. En outre, les bonnes perspectives de production, de niveau des stocks de produits finis et d’emploi de main d’œuvre ont contribué à l’amélioration du climat des affaires dans le sous-secteur. Dans le sous-secteur des bâtiments et travaux publics, la source soutient que les difficultés de recouvrement des créances, la concurrence supposée déloyale, l’accès difficile au crédit et au foncier, ainsi que la vétusté de certains de leurs équipements, ont constitué les principales contraintes à l’activité, en août 2018, selon les enquêtés. Toutefois, l’indice du climat des affaires dans les BTP a légèrement progressé de 0,8 point, tout en restant en dessous de sa moyenne de long terme. Cette situation découle, particulièrement, de la bonne orientation des soldes d’opinion relatifs aux perspectives de commandes privées et publiques. Concernant les services, les difficultés de recouvrement des créances, la concurrence supposée déloyale, l’insuffisance de la demande, la fiscalité, la corruption et la fraude sont, notamment, cités, par les enquêtés, comme les principales entraves à l’activité durant  la période sous revue. Par ailleurs, le climat des affaires s’est dégradé de 0,6 point dans le sous-secteur, en rapport avec l’orientation défavorable des opinions relatives au chiffre d’affaires, aux commandes et aux tarifs pratiqués. « En anticipation, les interrogés s’attendent majoritairement à une progression de leur chiffre d’affaires, soutenue par les effets conjugués des améliorations attendues », annonce la direction générale de la planification et des politiques économiques. Pour ce qui est du commerce,les difficultés de recouvrement des créances, la concurrence jugée déloyale, les délestages d’électricité, l’insuffisance de la demande, la fiscalité et les difficultés d’approvisionnement  sont majoritairement cités par les interviewés comme étant les principaux facteurs qui limitent leurs activités. Par ailleurs, l’indicateur du climat des affaires a reculé de 3,8 points sur un mois, particulièrement tiré par l’opinion des commerçants sur leur chiffre d’affaires. En septembre 2018, il est globalement attendu, dans le sous-secteur, un repli des commandes et du chiffre d’affaires, en-dessous de leurs moyennes respectives de long terme.

 

Zachari BADJI

À voir aussi

Budget 2019: Amadou Ba pèse 245 milliards

Le  budget du Ministère de l’Economie et des Finances et du Plan pour l’année 2019 …

Douane: Le Sénégal et la Gambie unissent leurs forces

La neuvième rencontre bilatérale entre les administrations des Douanes du Sénégal et de la Gambie …