Accueil / ECONOMIE / Sécurité et sureté maritimes : Hassmar arme les professionnels des médias
????????????????????????????????????

Sécurité et sureté maritimes : Hassmar arme les professionnels des médias

La contribution des médias à la lutte pour la sécurité et la sûreté maritimes et le développement est au cœur d’un renforcement de capacités organisé par la Haute Autorité Chargée de la Coordination de la Sécurité Maritime, de la Sureté Maritime et de la Protection de l’Environnement Marin (Hassmar).

 La lutte pour la sécurité et la sûreté maritime est un impératif pour le développement économique des pays africains dans la mesure où, au moins 90% des échanges commerciaux se fait par la mer. Dans ce processus, les médias sont des acteurs clés et c’est ce qui justifie cette formation de deux jours organisée à leur endroit depuis hier par la Haute Autorité Chargée de la Coordination de la Sécurité Maritime, de la Sureté Maritime et de la Protection de l’Environnement Marin (Hassmar).

« Cette formation est destinée à permettre aux professionnels de médias de pouvoir mieux informer et sensibiliser les populations et d’avoir des outils nécessaires  pour  bien comprendre les questions liées à la sécurité et sureté Maritimes », a déclaré le secrétaire général de HASSMAR, le capitaine de vaisseau Aliou Moussa Sow.

Face à la menace terroriste, l’Amiral Sow estime que les professionnels des médias sont des acteurs incontournables de la sécurité nationale maritime. Avec la recrudescence de la piraterie et de l’émigration clandestine par voie maritime, les espaces maritimes n’échappent pas à cette nouvelle donne.

« Petit à petit, nous sommes confortés à des risques et des menaces (…). Nous avons une stratégie globale dans le cadre du concept de coordination de l’action de l’Etat en mer. Cela veut dire la prise en charge des risques et menaces en mer dans une démarche inclusive et participative », a-t-il expliqué, soutenant que l’Hassmar travaille dans une synergie nationale avec une couverture sur l’internationale, selon Aliou Moussa Sow.

Dans le domaine côtier, nous sommes situés à la croisée des chemins (..) et «nous sommes exposés à des pollutions maritimes», a indiqué le capitaine de vaisseau Aliou Moussa Sow, rappelant que le Sénégal peut compter sur une superficie maritime d’environ 212.000 km2.

M. Sow a insisté sur la nécessité pour les pays de disposer de stratégies d’anticipation, la préservation et la préparation à l’action. Cela veut dire former les acteurs, les entraîner, mais aussi l’intervention d’urgence. «C’est le cas du Sénégal qui a pris des mesures fortes sur les enjeux de la mer notamment au plan géostratégique et socioéconomique, a-t-il fait savoir.

Georges Emmanuel NDIAYE

À voir aussi

Le Fongip face à un gap de plus de 275 milliards

Le Fonds de garantie des investissements prioritaires a tenu un séminaire sur la mutation institutionnelle …

Institutions de dépôt : La masse monétaire a baissé de 93 milliards

A fin septembre 2018, la situation estimée des institutions de dépôt, comparée à celle de …