Accueil / SANTE / Semaine jeunes Sida édition 2017 : 4.562 personnes dépistées sur un objectif de 6.400

Semaine jeunes Sida édition 2017 : 4.562 personnes dépistées sur un objectif de 6.400

Le Soleil- Chaque année, le ministère de la Jeunesse, en collaboration avec le Conseil national de la jeunesse (Cnj) et le Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls), organise la Semaine Jeunes Sida pour la mobilisation des jeunes dans la lutte contre cette maladie.

Après le déroulement des activités de la Semaine Jeunes Sida (Sjs) tenue du 5 au 12 août dernier à Kaolack, l’heure est au bilan. Sur un objectif de base de 6400, 4.562 personnes ont été dépistées dont 2.664 âgées de 15 à 24 ans, 1.546 (25 à 49 ans) et 352 chez les plus de 49 ans. Soit un taux de performance de 70,72 %, a informé Alassane Diallo, directeur du Projet promotion des jeunes (Ppj), lors d’un point de presse tenu le 30 août 2017.

Au terme des tests de dépistage et de sensibilisation déroulés lors de cette Semaine, 36 cas positifs ont été notés. Trois cas ont été notés parmi les 15-24 ans, cibles des Centres conseils pour adolescents (Cca) qui prônent l’adoption de comportements responsables et éclairés. Dix-huit cas positifs ont été dénombrés chez les 25-49 ans et 15 cas chez les plus de 49 ans. L’édition de cette année a vu la confirmation de la vulnérabilité des femmes avec 21 cas positifs contre 15 chez les hommes. Pour ce qui est de la performance des régions, Louga vient en tête avec 567 dépistés dont quatre cas positifs. Dakar vient en deuxième position avec 457 dépistés (0 cas positif), et Thiès avec 382 dépistés (0 cas positif). Des contraintes ont été notées dans la mise en œuvre de la Sjs, notamment la faiblesse des moyens matériels et financiers. Car, selon Alassane Diallo, directeur du Ppj, 500.000 FCfa sont alloués à chaque région à raison de 150.000 FCfa pour le dépistage par département.

De ce fait, les régions à quatre départements comme Kaffrine, Tamba et Dakar sont obligés de laisser en rade un département. « L’autre contrainte, c’est la période de déroulement de la Sjs qui a lieu en août, un mois très pluvieux et qui impacte parfois sur la réussite des activités. Des régions comme Matam et Kédougou en ont beaucoup pâti cette année », a noté M. Diallo. L’implantation de Cca à Kaffrine et à Fatick, ainsi que la réhabilitation et le renforcement des Cca de Ziguinchor et de Kaolack sont les principales perspectives. Selon le directeur du Ppj, « tous les nouveaux cas positifs dépistés sont enrôlés et seront mis sous traitement antirétroviral (Arv) ».

Il a aussi apporté quelques éclairages sur les Cca qui, a-t-il avancé, ont fait l’objet de beaucoup de critiques à travers la presse. « Je rappelle que les Cca ne peuvent pas être des structures d’incitation au libertinage, parce qu’en vérité nous considérons que la question de la santé sexuelle est une affaire que nous tous devons prendre en charge, aussi bien dans les familles, dans les écoles, qu’au niveau des structures de jeunesse à travers les associations de jeunes etc. L’objectif principal des Cca est de sensibiliser les adolescents sur les dangers de la sexualité précoce. Donc nous nous étonnons que certains disent que 90% des adolescentes qui fréquentent ces centres y vont pour se procurer des méthodes contraceptives. C’est une affirmation gratuite », a-t-il précisé.

Alioune Badara DIATTA (stagiaire)

À voir aussi

L’Asas décrète une grève de 72 heures

L’Alliance des syndicats de la santé (Asas), An Gueusseum maintient la pression sur le gouvernement. …

Réduction des Risques Vih/Tb: Les journalistes mieux outillés

L’Alliance nationale des communautés pour la santé a tenu, hier, un atelier d’orientation des journalistes. …