Accueil / ACTUALITES / Sénégal : Le gouvernement prévoit la fin des coupures d’électricité vers 2012

Sénégal : Le gouvernement prévoit la fin des coupures d’électricité vers 2012

Le gouvernement sénégalais prévoit la fin des coupures d’électricité, devenues sévères ces derniers mois, « à l’horizon 2012 », ont rapporté jeudi les médias locaux, en citant le ministre de l’Energie, Samuel Sarr. M. Sarr, interpellé par une députée, s’est exprimé mercredi à l’Assemblée nationale sur « la fin des délestages et la couverture totale en électricité » du pays, a expliqué la radio publique (RTS).
Le Sénégal pourrait arriver à une production électrique suffisante « à l’horizon 2012, avec 1.000 mégawatts (MW) de capacité installée », contre moins de 550 MW actuellement, a répondu le ministre, cité par la RTS.

Pour ce faire, « nous sommes en train d’accélérer tous les investissements », avec des initiatives visant à sortir la Société nationale d’électricité (Sénélec) de « la tyrannie » du prix du carburant, a-t-il affirmé.

Parmi les investissements évoqués par Samuel Sarr, figurent plusieurs centrales, dont une « de charbon », et une « de biomasse ».

Dakar a déjà procédé à une recapitalisation de la Sénélec et a mis à sa disposition 40 milliards de FCFA (plus de 61 millions d’euros) « pour lui permettre de s’approvisionner correctement » en pétrole, a-t-il dit.

Le journal privé Sud Quotidien précise que cette enveloppe fait partie d’un montant global prévu de 65 milliards de FCFA.

Il existe également une ligne de crédit de 70 milliards de FCFA (plus de 107 milliards de FCFA), consentie par la Banque islamique de développement (BID), pour sécuriser la fourniture en combustible de la Sénélec, a poursuivi le ministre.

Il s’agit d’un « crédit revolving » – ou crédit renouvelable, réserve d’argent permanente renouvelée partiellement au fil des remboursements – sur un an (2006-2007), a précisé à l’AFP un responsable du ministère de l’Energie.

La Sénélec éprouve de plus en plus de difficultés à s’approvisionner en carburant, et procède depuis plusieurs mois à de récurrentes et longues coupures de courant à travers le pays, au grand dam des abonnés.

Les problèmes de trésorerie de la Sénélec sont, avec ceux de la Société africaine de raffinage (SAR), à l’origine d’une aggravation du déficit budgétaire du Sénégal, selon le bureau régional de la Banque mondiale.

Ce déficit « a doublé entre 2005 et 2006, passant de 3% à près de 6% du produit intérieur brut (PIB) », a révélé la dernière livraison du magazine « Les Echos de la Banque mondiale ».

Selon la même source, l’Etat a transféré en faveur de la Sénélec et de la SAR environ 140 milliards de FCFA (près de 214 millions d’euros) en 2006, soit plus du double de ce qui était initialement prévu.


À voir aussi

(Vidéo) Usa : Voici la femme qui aurait tué le Sénégalais Cheikh Abdou Lô

Une femme accusée d’un coup mortel à West Price Hill a comparu devant le tribunal. …

Exclusif/ Nafissatou Diallo refuse de louer son immeuble à des Sénégalais

Nafissatou Diallo, l’ex-femme de chambre qui avait accusé Dominique Stauss-Kahn d’agression sexuelle en 2011 refait …