Accueil / ECONOMIE / Sénégal: La masse monétaire estimée à 4839,4 milliards au 2ème trimestre

Sénégal: La masse monétaire estimée à 4839,4 milliards au 2ème trimestre

L’évolution de la situation monétaire au deuxième trimestre fait ressortir une expansion de 129,9 milliards de la masse monétaire, malgré une diminution de 182,2 milliards des actifs extérieurs nets et un renforcement de 290 milliards de l’encours des créances intérieures.

 La masse monétaire a progressé de 129,9 milliards, entre fin mars et fin mai 2018, pour atteindre 4839,4 milliards, selon la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee). Cette expansion de la liquidité globale est perceptible à travers la circulation fiduciaire (billets et pièces hors banques) qui a augmenté de 61,7 milliards pour se situer à 1131,6 milliards. Pour leur part, les dépôts transférables ont augmenté de 52,8 milliards. S’agissant des autres dépôts inclus dans la masse monétaire, ils sont ressortis à 1535,7 milliards, en hausse de 15,4 milliards. Sur un an, note  la source, la masse monétaire est en expansion de 554,9 milliards ou 13,0%, à fin mai 2018. Son rythme de croissance a ainsi accéléré après s’être situé 12,8%, à la fin du premier trimestre. Quant aux actifs extérieurs nets des institutions de dépôts, ils se sont  situés à 2006,1 milliards à fin mai 2018, diminuant de 182,2 milliards par rapport à fin mars de la même année. « Cette situation est imputable aussi bien à la Banque centrale, dont la position extérieure nette s’est dégradée de 136,6 milliards pour s’établir à 1612,1 milliards, qu’aux banques primaires qui ont enregistré une baisse de 45,5 milliards de leurs actifs extérieurs nets », note la Dpee. Ainsi sur un an, les actifs extérieurs nets se sont consolidés de 311,2 milliards ou 18,4%, à fin mai 2018. Leur rythme de croissance a fortement décéléré, en glissement annuel, après s’être situé à 87,92% à la fin du premier trimestre de l’année en cours. Pour sa part, l’encours des créances intérieures des institutions de dépôts s’est établi à 4081,4 milliards, augmentant de 290 milliards par rapport au premier trimestre. Cette situation explique-t-on, est attribuable aux crédits nets à l’administration centrale qui ont augmenté de 285,5 milliards pour se situer à 91,7 milliards. Concernant les créances sur les autres secteurs de l’économie, une hausse de 4,5 milliards est notée, les situant à 3989,7 milliards. En variation glissante sur un an, le rythme d’évolution des crédits bancaires accordés au secteur privé a décéléré à fin mai 2018, à 6,1%, après avoir atteint 21,2% à la fin du premier trimestre de l’année alors que l’encours global des créances intérieures des institutions de dépôts s’est renforcé de 341 milliards ou 9,1%, à fin mai 2018.

 

Zachari BADJI

À voir aussi

Denrées alimentaires: Les importations atteindront 110 milliards de dollars en 2025

La  création de zones de transformation des cultures de base vont permettre aux pays africains de …

Les cours flirtent avec les 80 dollars le baril

Les cours du pétrole ont terminé en légère baisse lundi, rattrapés en cours de séance …