Accueil / SOCIETE / Sénégal-Mauritanie : Le calvaire des usagers du bac de Rosso

Sénégal-Mauritanie : Le calvaire des usagers du bac de Rosso

Tracasseries administratives, rackets, valses, fouilles matérielles et corporelles. Ce sont les désagréments qu’endurent les populations sénégalaises à Rosso Mauritanie. Une situation consécutive à la récente affaire de trafic transfrontalier de véhicules, occasionnant des arrestations de coxeurs et d’un agent municipal chargé de l’informatique.

Tracasseries administratives et rackets sont, entre autres, les désagréments que vivent les Sénégalais qui se rendent à Nouakchott, la capitale mauritanienne ou qui en reviennent. Cette situation a empiré depuis le jeudi dernier suite au renforcement du contrôle au niveau du débarcadère, situation consécutive à une récente affaire de trafic transfrontalier de véhicules tout terrain. Au niveau de Rosso Mauritanie, depuis quelques jours, ce sont les gendarmes qui officient désormais à la place des policiers. Fouilles matérielles et corporelles, tout y passe. Au grand dam des Sénégalais en partance pour la capitale mauritanienne. Aujourd’hui, même ceux qui font le trajet inverse n’échappent pas au zèle des gendarmes mauritaniens qui poussent le bouchon jusqu’à confisquer les biens des Sénégalais. Plusieurs femmes qui étaient parties soit pour s’approvisionner soit pour acheter des marchandises ont toutes été sommées de retourner toutes les marchandises achetées. Et paradoxalement, celles qui veulent dédouaner leurs marchandises se voient refuser ce droit. Non seulement les gendarmes leur exigent de retourner les marchandises, mais ils leur refusent toutes formes de dédouanement.

Conséquences, des quantités importantes de marchandises sont laissées en rade au niveau du poste de contrôle de Rosso Mauritanie ou sont retournées chez le commerçant maure qui avait vendu le matériel. Et le plus grave dans cette affaire, c’est que les gendarmes n’en ont cure des personnes qui détiennent leurs papiers administratifs pourtant en bonne et due forme. Nombre d’entre elles ont été refoulées sans aucun prétexte. Un véritable méli-mélo qui ne fait point l’affaire des braves bana bana qui s’approvisionnent au marché central de Rosso. Ces derniers qui sont même soutenus par les commerçants mauritaniens ont déploré cette situation et comptent, dès ce lundi, rencontrer les autorités régionales afin qu’une issue heureuse soit trouvée à cette situation qui a fini de leur porter préjudice. Et ce qui dérange le plus dans ce calvaire qu’endurent les populations sénégalaises est qu’au moment où elles font l’objet d’humiliation de toutes parts, les Mauritaniens eux traversent le bac et se rendent tranquillement en terre sénégalaise, sans être inquiétés. Ces Sénégalais, qui en ont marre de vivre ce supplice, demandent à leurs autorités de réagir pour mettre un terme à ces agissements qui défient toute légalité. Car, même s’ils se conforment aux exigences administratives, rien ne leur garantit d’être à l’abri de ces tracasseries une fois sur le sol mauritanien. Les populations qui subissent cette loi de ‘deux poids, deux mesures’ se demandent pour quelle raison les autorités sénégalaises se laissent faire. Car au moment où les Sénégalais font l’objet de toutes sortes de fouilles, les Mauritaniens eux se promènent tranquillement au niveau du débarcadère avant de continuer tranquillement leur chemin à l’intérieur du Sénégal.

Pour rappel, ce renforcement sécuritaire au niveau de Rosso Mauritanie, fait suite à l’immobilisation de sept voitures de type ‘4×4’ hauts de gamme volés par des malfrats sénégalais et mauritaniens. Une prise qui a été démantelée la semaine dernière par les gendarmes de la section de recherche de Dakar où l’on a noté une arrestation de cinq personnes en plus d’un agent municipal de Rosso qui s’occupait de l’informatique et qui, selon certaines sources, facilitait le trafic avec des documents de complaisance. Conséquence : depuis une semaine, c’est une forte présence de gendarmes qui a été notée à Rosso. Lesquels assurent la sécurité du bac et contrôlent les entrées et sorties des populations. Ceci en lieu et place des policiers et des douaniers. Et des informations recueillies sur place soulignent que depuis trois jours tous les douaniers qui officiaient au niveau du débarcadère ont tous été affectés.

Walf

À voir aussi

Mort de Fallou Sène: Me Assane Dioma avocat de la famille

Les parents de feu Fallou Sène, tué par balle lors des affrontements entre forces de …

Revue de presse des journaux du samedi 19 mai

Les journaux parus ce samedi reviennent sur la crise qui secoue les universités publiques suite …