Accueil / ECONOMIE / Sénégal: Une perte de la compétitivité de 2,4% notée en juillet

Sénégal: Une perte de la compétitivité de 2,4% notée en juillet

L’appréciation du franc CFA par rapport aux monnaies des partenaires commerciaux est à l’origine de la perte de compétitivité de l’économie sénégalaise durant le mois de juillet 2018.

 La Direction de la Prévision et des Etudes économiques (Dpee), dans son point mensuel de conjoncture publié en début septembre, a indiqué que l’économie sénégalaise a enregistré des pertes de compétitivité-prix de 2,4%, durant le mois de juillet 2018.

Cette situation, explique-t-on, résulte de l’appréciation du franc CFA par rapport aux monnaies des partenaires commerciaux et d’un différentiel d’inflation défavorable.

Face aux pays membres de l’Union  économique  monétaire ouest africaine (UEMOA)  et de la zone euro, précise la source, les pertes de compétitivité sont respectivement évaluées à 1,7% et 2,4%, sous l’effet du différentiel d’inflation défavorable.

Par contre, en glissement annuel, la compétitivité-prix de l’économie sénégalaise a progressé de 1,6%, en juillet 2018, du fait d’un différentiel d’inflation favorable. Par ailleurs, une forte appréciation du franc CFA par rapport aux monnaies des principaux partenaires commerciaux est observée sur la période.

Sur les sept premiers mois de 2018, des pertes de compétitivité-prix de 1,9% sont notées par l’économie nationale. Ce résultat est attribuable à l’appréciation du franc CFA  avec 5,3%, atténuée par un différentiel d’inflation favorable.

Concernant le marché mondial de change, l’euro s’est apprécié en juillet par rapport aux principales devises de référence.

En rythme mensuel, il s’est renforcé vis-à-vis de la livre sterling, du yen japonais et du dollar.

De même, la monnaie unique européenne s’est appréciée par rapport aux devises des grandes économies émergentes, notamment la Chine, la Russie et le Brésil, respectivement, de 4%, 0,1% et 1,6%.

Quant à l’évolution de l’activité économique interne (hors agriculture et sylviculture), la  Dpee soutient qu’elle fait ressortir un repli de 5,1%, entre les mois de juin et juillet 2018. Ce résultat reflète, principalement, les contre-performances du secondaire  avec -6,7% et – 6,2%  du primaire.

Pour sa part, le secteur tertiaire s’est conforté de 3,2% sur la période. Sur une base annuelle, l’activité économique hors agriculture et sylviculture a crû de 3,0%, en juillet 2018, particulièrement portée par le tertiaire (+7,3%) et l’administration publique (+7,6%). Le secondaire (+1,4%) et le primaire (+4,0%) se sont également bien comportés.

 

Zachari BADJI

À voir aussi

Soutien à Auchan : La CAP est né

Un Collectif d’appui à Auchan Sénégal (CAP Auchan Sénégal), vient d’être mis sur pied. Le …

Touba : 5.000 lampadaires pour illuminer la ville sainte

Dans certaines rues de Touba, il n’y a pas même d’éclairage public, les lampadaires ne …