ACTUALITE

Sénégal/Gambie : Le délit de voisinage

  • Date : 17 mai 2016

 Le Sénégal et la Gambie ont entamé des négociations, ce dimanche, en présence des ministres des Affaires étrangères des deux pays Mankeur Ndiaye et Neneh Macdoual Gaye.

Des points de convergence ont été trouvés comme la nécessité de se retrouver pour arrondir les angles mais des contradictions de fond existent notamment sur la nécessité de rouvrir les frontières et la construction du pont sur le fleuve sans oublier le cas de Modou Fall dit Boy Djenné.

Des négociations de plus sur des relations qui n’ont jamais cessé d’être tumultueuses. Surtout depuis que le président gambien Yayah Jammeh a estimé que provoquer constamment le Sénégal est une manière pour la Gambie d’affirmer son identité.

Des attaques verbales, il est passé par des actes concrets de provocation comme l’accueil du délinquant Boy Djenné et l’augmentation des taxes de traversée du fleuve qui sont passés de 4 mille à la somme faramineuse de 400 mille Francs Cfa.

Si, en effet, le Gouvernement a toujours préféré ignorer ces provocations, ce n’est pas le cas des transporteurs qui ont réagi vigoureusement par un blocus de la frontière et le contournement de la Gambie. Une fermeté qui a eu des effets drastiques dans la démarche de Jammeh qui n’avait pas envisagé cette éventualité. Il s’y ajoute que l’économie gambienne en a tellement souffert que les populations et notamment l’opposition a osé défier le président par des marches qui ont été durement réprimées.

Il y a eu même mort d’homme, beaucoup d’arrestations et des blessés. Une situation qui a fait réagir la Communauté européenne par des sanctions imposées à ce pays.

Bien sûr, Jammeh qui a capitalisé une vingtaine d’années au pouvoir sait pertinemment que si cette situation perdure, ce sera la fin de son régime.

Alors, il fait machine arrière pour « discuter et dialoguer » comme l’affirme son ministre des Affaires étrangères.

Mais tout le monde sait que la seule préoccupation de Banjul est la levée du blocus de la frontière. Et que le respect des accords et le dernier souci des autorités gambiennes. Que Mme Gaye parle de « respect mutuel » et de « non-respect des accords » en dit long sur leur le degré de mauvaise foi qui les anime.

En fait, la Gambie n’est pas de bonne foi. C’est dire que les accords qui seront signés à Dakar ne seront jamais respectés par les autorités gambiennes. Boy Djenné va continuer à résider en Gambie et le pont devra attendre. C’est cela une évidence avec laquelle il faudra composer. Le seul délit du Sénégal est celui de voisinage. On ne choisit pas ses parents encore moins ses voisins. Alors, il faudra, une fois pour toute, que le Sénégal apprenne à se passer de la Gambie. En tout cas, tant que Jammeh sera au pouvoir, il sera difficile de composer avec ce pays.

C’est pourquoi, la voie de contournement est nécessaire. Il serait même préférable qu’une voie ferrée soit construite et que les autorités en fassent une question de sécurité nationale.

Nous ne pouvons pas continuer à dépendre des humeurs d’un Jammeh qui a choisi de détester le Sénégal pour des raisons qu’il est seul à maitriser.

C’est pourquoi, tous les amis sénégalais de Jammeh doivent y réfléchir à deux fois avant de pactiser avec quelqu’un qui a choisi d’être notre ennemi.

Cela ne sert à rien de négocier avec le diable. La charmante ministre gambienne sait qu’elle-même ne peut rien y faire. Les dés sont pipés à l’avance. Jammeh mettra toujours des bâtons dans les roues du Sénégal.

D’ailleurs, nous attendons de voir quelle sera sa prochaine stratégie dans cette funeste entreprise.

Assane Samb

Les Plus Populaires
Les plus commenté
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15