POLITIQUE

SERIGNE FALLOU DIENG DU CERCLE DES INTELLECTUELS SOUFIS « Plus de 120 Mbacké-Mbacké se sont réunis pour dire Non »

  • Date: 17 mars 2016

 Le leader du Cercle des intellectuels soufis, le marabout Serigne Fallou Dieng a révélé que son mouvement, à « l’instar de la communauté mouride » va voter Non.

Il se base sur le fait qu’il y a un hiatus entre ce que veut les marabouts et l’intention des fidèles. Or, ce sont ces derniers qui  vont voter le jour J.  À l’en croire, les Mourides ont tourné le dos au pouvoir pour deux raisons essentielles, le boycott dont ils ont été victimes et le harcèlement.

Il renchérit en ajoutant que « la matrice de ce boycott, c’est la nécessité de défendre les principes moraux » qui guident notre société.  Il en veut pour preuve que le fait que « partout où il est passé, le président de la République a été houspillé, chahuté ».  Mieux, il se réfère à la rencontre de Darou Khoudouss, un lieu mythique de la communauté mouride, le second du genre après la Grande mosquée, où la crème intellectuelle de cette communauté, appelée « Rawdou Yahine » s’est réunie pour décider finalement de voter pour le Non. Plus de 120 Mbacké-Mbacké se sont réunis pour dire Non. Interrogé sur les déclarations du porte-parole du Khalife général qui semblent être favorables à Macky Sall, il a fait savoir que cela obéit à des exigences d’ordre « diplomatiques » dont les raisons ne peuvent pas toujours être dévoilées. Il ajoute que Touba est en effervescence et que le fait Macky soit mal accueilli chez les baye-fall, ces gardiens de l’orthodoxie mouride, est une raison de plus qui va peser dans la balance. À l’en croire, « les forces qui défendent Macky à Touba ont été assiégées par les forces du Non ».

Quant au mouvement qu’il dirige, il pense que leur Non se justifie par le fait que le référendum a perdu de son sens car, « le souci de l’exemplarité a fait du quinquennat une idée enchanteresse, mais la félonie en a rabattu la superbe ». Il reste convaincu qu’à l’instar de la France, le débat sur la laïcité mérite d’être posé pour en trouver des fondements juridiques de protection de nos hommes religieux par exemple face à des attaques comme celles de JA contre Serigne Touba.

« ÑAANI NANGOUNA » une flétrissure au ”sentiment national”

« Qui n’a pas vibré au sacre de Reims et à la fête de la Fédération n’est pas vraiment Français »  dixit Marion Marechal Le PEN.

Le « sacre de Reims » symbolise  l’alliance entre le pouvoir royal et l’Église catholique.  La fête de la Fédération (1790) quant à elle,  représente un symbole républicain,  qui consacre la célébration du premier anniversaire de la prise de la Bastille.

Donc, « qui n’a  pas vibré à l’évocation héroïque de nos épopées historiques, n’est pas sénégalais !  Qui dit que : « ÑAANI NANGOUNA », n’est pas sénégalais », fulmine Serigne Fallou Dieng. Il renchérit : « Youssou Ndour, a  beau être un factotum serviteur de  la France ou sous-fifre  de Vincent Bolloré, mais il n’a pas aucunement le doit de porter atteinte à notre dignité nationale ou de marquer une flétrissure à la culture sénégalais, au sentiment National et l’héroïsme des Sénégalais ».

Khady Thiam Coly (Stagiaire)

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15