31 août, 2014
Accueil » ACTUALITES » Serigne Mansour Sy à propos de Karim Wade : « On lui a confié de l’argent public, il faut une révision des comptes »
Serigne Mansour Sy à propos de Karim Wade : « On lui a confié de l’argent public, il faut une révision des comptes »

Serigne Mansour Sy à propos de Karim Wade : « On lui a confié de l’argent public, il faut une révision des comptes »

Toute l’attention des sénégalais est tournée vers la prochaine audition de Karim Wade, le fils de l’ancien président de la République, qui aura lieu dans moins de 48 heures. Et les sorties médiatiques en faveur ou contre l’ancien ministre d’Etat se multiplient.
Dans une interview qu’il a accordée à nos confrères de EnQuête, Serigne Mansour Sy, le leader de Bes dou Niak a fustigé les déclarations de l’opposition selon les quelles, le pouvoir actuel est en train de procéder à un règlement de comptes avec le régime sortant. Pour lui, personne ne doit être au dessus de la législation. Extrait de l’entretien.

« Ce ne sont pas des règlements de comptes. Ce sont eux qui avaient engagé ces audits-là, sous la pression des bailleurs de fonds. Contrairement à ce que disent les gens, ce sont les bailleurs de fonds qui ont demandé les audits. Ce sont eux qui ont demandé la clarté dans la gestion des biens publics. Abdoulaye Wade a fait ces audits et après, il a tout bloqué. Macky Sall n’a fait que débloquer un travail qui a été engagé par Abdoulaye Wade qui n’a pas abouti pour des raisons sérieuses. Maintenant, il n’y a plus de mystères. Le Président Macky Sall a levé le pied. La justice poursuit son cours pour l’audit jusqu’à terme. La chose que je déplore, c’est que c’est un travail qui est normal et qui pouvait se faire sans être médiatisé jusqu’à aboutissement… La sanction est une manière de combattre l’impunité. Ce qui est important au-delà des audits, c’est que cela permet de créer des conditions pour que ces déviations et dérapages dans la gestion des fonds publics ne se reproduisent plus. Nous avons l’exemple des pays occidentaux. Aujourd’hui, on poursuit Chirac pour des pacotilles. Mais c’est un message qu’on veut donner qu’il n’y a pas d’impunis. Qu’il n’y a pas d’homme au-dessus des lois. Je ne vois pas pourquoi le fils du président est au-dessus des lois. On lui a confié de l’argent public, il l’a géré, il faut qu’il y ait une révision des comptes. Cele ne va pas plus loin que ça ».

M.B