Accueil / Education / Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Education nationale : «L’extension du Paa nécessite une diversification des spéculations»

Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Education nationale : «L’extension du Paa nécessite une diversification des spéculations»

«La diversification des spéculations sera prise en compte dans cette nouvelle phase afin d’intégrer les spécialistes des autres régions», a-t-il déclaré à l’ouverture d’un forum de partage et de plaidoyer pour la mise à l’échelle du Projet d’achats locaux d’aliment (Paa).

En 2009, le Brésil, dans sa volonté de soutenir la Fao, a signé des accords de partenariat avec cinq pays d’Afrique (Ethiopie, Ma­lawi, Mozambique, Niger et le Sénégal) pour le démarrage d’un projet d’amélioration de la production agricole et d’assistance alimentaire dénommé Projet d’achats locaux d’aliments (Paa).
Il consiste à approvisionner les populations en situation d’insécurité alimentaire et les cantines scolaires en produits provenant des exploitations agricoles familiales souvent confrontées à des difficultés de commercialisation.
Le projet sert aussi à constituer des stocks stratégiques de sécurité alimentaire, notamment de céréales et à renforcer le potentiel des achats locaux par l’élargissement d’approvisionnements en produits agricoles locaux.
«Il importe d’équilibrer les appuis sur les différents segments des filières, afin que la production, la transformation et l’achat des surplus de produits alimentaires par les Africains et pour les Africains soient une réalité», a plaidé le ministre de l’Education nationale, en parlant de cette initiative.
Au Sénégal, ce programme est mis en œuvre dans la région de Kédougou, pour un financement total de plus de 500 millions de francs Cfa (environ un million de dollars) pour la période 2012-2015, a rappelé le représentant du système des Nations-Unies au Sénégal, Vincent Martin.
Selon M. Martin, 1 000 ménages vulnérables et 181 cantines scolaires comptant au total 23 000 enfants scolarisés.ont bénéficié de la phase-pilote de ce projet (2012-2013) dont la mise en œuvre «a permis d’augmenter le rendement en riziculture pluviale de 0,8 Tonnes/ha, 2,5 T /ha puis à 3 T/ha». «Cette expérience (à Ké­dougou) a permis de renforcer les capacités des groupements de femmes, d’accroître les rendements et de bénéficier de plus de revenus», s’est félicité le ministre de l’Education nationale.
Selon lui, «l’objet du forum est de voir comment partager ces expériences concluantes avec tous les acteurs et partenaires susceptibles d’être intéressés pour voir comment mettre cela à l’échelle en consolidant d’abord cette expérience au niveau des régions de Saint-Louis, Casamance et Ma­tam», avant de l’étendre à l’échelle du territoire national. L’alimen­tation scolaire est «un intrant de qualité pour le système éducatif et un intrant d’équité puisqu’elle permet à des familles défavorisées d’envoyer leurs enfants à l’école et encourage les enfants à faire de bons résultats à l’école», a soutenu M. Thiam.

Le Quotidien

À voir aussi

Audition des présumés fraudeurs au Bac

L’audition au fond des personnes inculpées dans cette vaste opération de fraude au Bac, entamée …

Fuites Bac: 42 prévenus devant le juge

L’enquête préliminaire bouclée et les mis en cause inculpés, certains placés sous mandat de dépôt …