Accueil / RELIGION / Serigne Touba, un ascète au service du Prophète

Serigne Touba, un ascète au service du Prophète

A l’occasion de la célébration du Grand Magal, nous vous proposons ce dossier spécial consacré à ce grand événement. Une manière de vous permettre de mieux cerner les contours et significations de cette grande manifestation.

Ahmadou Bamba Ba Mbacké dit Khadimou Rassoul (Aḥmad ibn Muḥammad ibn Ḥabīb Allāh 1853-19 juillet 1927) est né à Mbacké anciennement Mbacké-Baol, une ville fondée par son arrière – grand – père Maharame Ba Mbacké dans le royaume de Baol. Son nom de famille d’origine (Ba) a été remplacé par le nom du village qu’il a fondé. Aussi appelé Khadimou Rassoul ce qui signifie en arabe «serviteur du prophète Mahomet», il deviendra l’une des figures les plus importantes de l’islam de la région et fondera la confrérie des Mourides. Ses compatriotes l’appellent affectueusement Serigne Touba (le Saint de Touba).

Fils de marabout de la confrérie «Xaadir», Mame Momar Anta Sali Ba Mbacké, et de Mame Diarra Bousso, Ahmadou Bamba était un musulman soufi ascétique et mystique qui écrivait sur la méditation, les rituels et les études coraniques. Bien que ne supportant pas la conquête française. Il prêche cependant avec succès la paix et promet le salut à ses disciples qui se seraient conformés à ses recommandations qu’il dit être celles de Dieu et de son prophète dans l’islam, Mahomet. Il fonde la ville de Touba (Sénégal) en 1887.Il est arrêté par les autorités coloniales, qui l’enferment dans la prison de Saint-Louis, siège du gouverneur de l’AOF (Afrique occidentale française), avant de l’envoyer en exil, en 1895, au Gabon. L’administration coloniale justifie alors sa décision par ces mots : «Il ressort clairement du rapport que l’on a pu relever contre Ahmadou Bamba aucun fait de prédication de guerre sainte, mais son attitude, ses agissements, et surtout ceux de ses principaux élèves sont en tous points suspects».

Il retourne à Dakar en 1902, après 7 ans et 9 mois d’exil à Mayombe (actuel Gabon) dans la forêt équatoriale, et est acclamé par la foule, alors que beaucoup pensaient qu’il y était mort. L’administration coloniale tente à nouveau de l’arrêter, en envoyant des tirailleurs et des spahis, mais ses disciples (talibé) le protègent. Il est finalement arrêté l’année suivante (1903) et amené pendant quatre ans en Mauritanie.

Après 1910, les autorités françaises réalisent que Bamba ne se posait pas en ennemi. Dès lors, elles décident de collaborer avec lui. Son mouvement prit si vite de l’ampleur qu’en 1926 commença la construction de la Grande Mosquée de Touba, son rêve. Khadimou Rassoul a quitté ce bas monde en 1927.

Tafa Cissé, Le Sénégalais


À voir aussi

Ziarra annuelle de la famille Omarienne- Eviter le folklore politique et se consacrer au spirituel

La ziarra annuelle de la famille omarienne se déroulera les 12 et 13 janvier 2018. …

Le témoignage émouvant du Khalife des Tidianes : «Touba n’a pas sa lune à elle,  tout comme Tivaouane, d’ailleurs….»

Le Khalife général des Tidiane, Serigne Mbaye Sy Mansour, et sa délégation, se sont rendus …