Contributions

Si peu honorables ! (Par Oumou Wane)

  • Date : 9 novembre 2015

Bagarres, cris, insultes, sifflets, huées, rixes entre les députés… comme des casseurs de banlieue !

Ne cherchons pas plus loin, voilà pourquoi le Sénégal n’avance pas comme les autres pays, pris dans cet engrenage sans fin de commentaires toxiques et pire maintenant, de violences physiques. SOS, help, au secours, à l’aide, les vieux sont tombés sur la tête !
Ces jours-ci, l’opposition parlementaire a mis à exécution sa menace de bloquer le fonctionnement de l’Assemblée nationale. Je ne citerai aucun nom mais qui sont-ils et pour qui se prennent-ils ces gens pour prétendre empêcher les travaux des commissions dirigées par les députés de la majorité d’avancer ? À t-on besoin de cela, j’allais dire de ceux-là, qui bafouent les règles élémentaires de la démocratie et confortent la position de ceux qui prônent le « tous pourris » de notre classe politique ? Le PDS estime qu’il a été trahi par son frère, Modou Diagne Fada ! Soit ! Mais n’y avait-il pas un autre moyen de manifester ce courroux sans offrir ce spectacle si gênant pour nous tous ? Moustapha Niasse et Fada sont en intelligence et en arrière plan, la main du grand manitou qui manœuvre sans y toucher, l’air de rien ! Peut-être, cela se pourrait, c’est même possible, disons même que c’est hautement possible mais est-ce la violence qui arrivera à bout de cette injustice ? L’injustice me semble t’il se règle par la justice et jusqu’à preuve du contraire si la procédure de la reconduction de Fada à son poste est injuste, elle sera condamnée par la justice et l’opposition sera rétablie dans ses droits !  Par contre, si l’opposition n’a pas confiance en la justice de notre pays pour régler ce genre de problème élémentaire, alors là c’est le début de l’anarchie !
Trahis, déçus par le comportement de leurs représentants, on le serait à moins, les sénégalais en ont la nausée ! Tant de vulgarité dans notre assemblée nationale ! Ah les hommes politiques, ils aiment tellement le pouvoir qu’ils seraient prêts à toutes les infamies pour le garder et à toutes les turpitudes pour le voler !
Méfions-nous cependant des amalgames, je sais que les femmes et les hommes politiques de tout bord sont pour la plupart courageux, travailleurs et respectueux des règles démocratiques… Mais enfin, au sujet de ceux-là dont on parle, ces gladiateurs sortis de nulle part qui se sont castagnés dans l’hémicycle, ces guerriers qui prolongent par la suite l’ignominie sur les plateaux de télévision, ont-ils seulement une stratégie pour mener notre pays vers le succès ? Je suis assaillie par le doute, car lorsque je regarde nos icones en silicone faire, je me demande bien pourquoi confier mon destin à ces bouffons capables de telles bassesses ! Se battre comme des chiffonniers, oui, c’est cela qu’ils ont fait, et même des insultes, des vestes déchirées…Quel est leur niveau intellectuel pour s’invectiver de cette sorte ? Borne fontaine ? Je récuse ce qualificatif qui est agité à chaque fois que quelqu’un se comporte mal et de manière vulgaire dans notre pays ! A la limite ce que je peux admettre de cette femme qui a fait la queue des heures durant pour une goutte d’eau, je ne peux l’accepter de ces gens que nous payons, que nous bichonnons et qui ont l’outrecuidance de nous renvoyer ces images arrogantes de ceux qui ont perdu le nord tant sur nos dos ils se la roulent et se la coulent douce ! Allez, ouste, tout le monde dans le même panier, majorité ou opposition ! Faites votre dialogue politique et fichez nous la paix !
Partout dans le monde, quand les personnes publiques font des erreurs de jugement ou d’appréciation, à plus forte raison si elles ont des comportements violents quand elles sont censées être des exemples, on leur demande des comptes ou au mieux elles demandent elles-mêmes des excuses publiques, souvenons-nous du coup de boule de Zizou. Mais nous, rien, ni regret, ni remord et ça c’est encore plus déplorable pour un parlementaire.
Comme si nous n’avions pas d’autres préoccupations. Non, ne baissons les bras et élevons le débat, car les chantiers sont nombreux et les risques majeurs pour notre avenir. Qu’apprenons-nous ces jours-ci ? Au Sénégal, alors que le Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique débute ce lundi 9 novembre à Dakar, un coup de filet sans précédent a été opéré dans plusieurs villes du pays, dans des milieux soupçonnés d’être liés à des organisations terroristes. Plusieurs imams auraient notamment été placés en détention provisoire.
Kolda, Guédiawaye, Kaolack, Rufisque… Alerte ! Mon pays, mon enfance, mes rêves… Nous y voilà ! Le monde est dangereux partout, plus aucun train n’y est sûr, aucune route, ni aucun avion, et nous, nous rêvons de le rejoindre dans ses travers les plus sordides et ses errances les plus folles, au lieu de construire ici chez nous un autre modèle d’humanité.

Dieu merci, il s’agit je l’espère d’actes isolés et d’éléments égarés, mais la menace existe, puisque ces derniers mois , le président Macky Sall a appelé à plusieurs reprises à « une plus grande vigilance » pour préserver la stabilité du Sénégal. Que sait-il que nous ignorons ? Certainement assez pour ne pas en dormir de la nuit !
Soyons donc vigilants, car finalement, dans notre malheur, nous avons de la chance. Nous sommes l’un des rares pays au monde qui pourrait passer de l’archaïsme à la civilisation, sans connaître la barbarie. En effet, hormis les horreurs infligées par les blancs en période d’esclavage, le sang n’a jamais été massivement versé dans nos sillons. Protégeons donc notre modèle unique en Afrique en n’appelant jamais nos jeunes à la révolte ou à l’insurrection, mais en les invitant au contraire à bâtir un Sénégal fort économiquement et stable socialement.
Émergence, « voici qu’un rêve est en partance, et qui sommeillait en nos yeux depuis les portes de l’enfance ». Merci Jacques Brel, tu me rappelles que je suis fière de partager avec toi la langue de Molière !

Mesdames et Messieurs les députés, ne prenez plus en otage notre démocratie, parce qu’un pays vit aussi par celui qui le regarde et que nous avons besoin des autres pour nous construire. Appelez à manifester, certes, mais pour un rassemblement du peuple, pour l’apaisement du climat social, pour que toutes tendances et obédiences confondues, nous nous rejoignions dans la paix et la stabilité, afin que les jeunes de notre pays puissent aspirer à des jours meilleurs ! Les jeunes, nos jeunes et ceux d’ailleurs, comprenez-les, ils fuient les conflits, l’instabilité politique et économique, les violations des droits de l’homme et la pauvreté. Les jeunes sénégalais ont payé et paient encore de leur vie le prix de notre incapacité à nous unir et à rassembler nos forces pour leur avenir.

Ces prochains mercredi et jeudi, 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette à Malte, se tiendra un sommet international sur la migration, réunissant l’UE ainsi que les principaux pays africains concernés. Que s’y décidera t-il ? Sera-t-il juste un sommet de plus ? Je vous raconterai car je les observerai de près !
Alors que les Etats-Unis, Obama en tête sont étonnamment silencieux devant la crise des migrants, que l’Europe prévoit qu’« au total trois millions de personnes supplémentaires devraient arriver dans l’Union européenne » entre 2015 et 2017, quel rôle veut et peut jouer notre diplomatie dans le règlement de ces conflits ? Plus que d’appeler à une ‘’mobilisation africaine’’ face au drame de l’émigration clandestine, ne devons-nous pas nous efforcer d’offrir aux jeunes de nos pays des opportunités de vivre dans un espace sécuritaire favorable à leur développement et à leur bien-être ?
Je n’ai pas de chiffres pour étayer ce qui suit, mais il me semble cependant que moins de nos jeunes compatriotes se jettent à la mer pour une destination européenne qui ne les fait plus rêver. Ce qui est sûr en revanche c’est que les résultats des réformes entreprises dans le cadre du PSE et de l’agriculture commencent à porter leurs fruits. Le Sénégal est par exemple l’un des 73 pays à avoir atteint la cible de l’OMD (objectifs du Millénaire pour le développement) sur la faim et la malnutrition.
Quelque soit celui qui est au pouvoir, l’on s’en fout bien comme de l’an 40 d’ailleurs, notre objectif nous citoyens sénégalais, est que notre pays progresse ! Le terrorisme politico-intellectuel qui consiste à cataloguer les citoyens dans un camp ou dans l’autre à chaque fois que l’on ose exprimer une opinion n’effraie plus personne !
Oeuvrons pour notre pays, pour une école plus apaisée, une santé mieux partagée et un objectif d’autosuffisance alimentaire,… qui semble se préciser d’ailleurs ! Les critères de base sont peut-être enfin réunis pour édifier une société confiante et capable de se mobiliser pour son devenir.
L’accès à l’emploi reste cependant la condition indispensable à toute société épanouie et développée. Je me promets une réflexion très prochaine spécifique sur le sujet. En attendant, je nous invite tous à y réfléchir expressément. Patrons, secteur privé dans son ensemble, agences, directions, kios¬ques emplois, pouvoirs publics en général. Moins de politique, plus de pratique, moins de bureaucratie, plus d’initiatives, moins de frilosité, plus de risques, pour créer de la richesse, des emplois ! Travaillons ferme, arrêtons la politique politicienne et les querelles en permanence, car soyons-en sûrs, avec les jeunes, la trahison se paye cash : qui sème la misère, récolte la colère !

Oumou Wane
Présidente africa7

People
Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15