Accueil / Uncategorized / Sochaux-Boukari Dramé: « J’étais amené à partir »

Sochaux-Boukari Dramé: « J’étais amené à partir »

Repéré par le PSG alors qu’il jouait à Aulnay, Boukary Dramé vient de signer un contrat de quatre ans avec Sochaux. Un changement de cap indispensable afin de poursuivre sa progression.

Boukary Dramé, pourquoi avez-vous opté pour Sochaux alors que Newcastle et Nice s’intéressaient également à vous ?

Car je pense que Sochaux est le club qu’il me faut. C’est un club qui monte en puissance, a beaucoup progressé durant ces dix dernières années et est très ambitieux. C’est un club qui veut devenir grand. Comme de mon côté, j’ai envie de progresser et de grandir, c’est le bon club. Newcastle est un club étranger, donc vous ne savez jamais où vous allez ni si vous allez être avec beaucoup de Français, et il faut s’adapter. Au sujet de Nice, j’ai demandé conseil à mes proches pour savoir ce qu’ils choisiraient entre Nice et Sochaux. La majorité m’a répondu que, par rapport au discours que m’ont tenu les deux coachs, c’était mieux pour moi d’aller à Sochaux. Après, c’est moi qui ai pris la décision.

Après avoir vécu à Paris votre première vraie saison, aviez-vous le sentiment de devoir vous montrer davantage ambitieux ?

Oui, exactement. Surtout que Sochaux va en plus jouer la Coupe d’Europe. C’est quelque chose de bien. La Coupe de l’UEFA, j’ai connu ça avec Paris et j’avais envie de la rejouer.

Comment qualifieriez-vous cette saison que vous venez de vivre avec le PSG ?

C’est la saison que j’attendais depuis mes premières années à Paris. A mon âge (Ndlr : 22 ans), le principal est de jouer. Si c’est pour faire une saison au PSG et ensuite s’éteindre, ou plus exactement ne plus jouer, ça ne sert à rien. Même si vous restez à Paris. Quand vous ne jouez pas, on vous oublie. Le plus important est de jouer. Et en restant à Paris cette saison, j’aurais eu moins de chance de jouer, même si le coach comptait sur moi. A Sochaux, j’aurais beaucoup plus de chances de jouer et ainsi de progresser. Jouer pour progresser, c’est tout ce que je veux.

Qu’est-ce que ça fait de quitter son club formateur ?

C’est la première fois que je quitte Paris surtout. Le PSG n’était que mon deuxième club. Comme tout le monde à Paris, j’ai commencé dans un petit club : à Aulnay. Et ensuite, je suis parti directement au PSG. Donc je n’ai fait que deux clubs. Ça sera donc la première fois que je quitterai la région parisienne. Mais cela ne peut être qu’une bonne expérience. De toute façon, tôt ou tard j’aurais été amené à partir.

« Je ne pensais pas jouer aussi vite »

Est-ce vous qui aviez frappé à la porte du PSG alors que vous étiez joueur d’Aulnay ?

Non, ça ne s’est pas passé comme ça. Nous avions joué un match de la Coupe de Paris contre le PSG justement et c’est lors de ce match que j’avais été repéré par le club parisien. Tout est parti de là. A l’époque, j’avais déjà cette faculté à jouer dans l’axe ou sur le côté gauche. En fait, pour tout vous dire, Paris m’avait vu jouer en défense centrale ce jour-là et après m’avoir recruté, ils m’ont fait évoluer comme milieu gauche excentré. Je savais aussi que je pouvais jouer à ce poste. Ensuite, le choix des entraîneurs a fait que je suis redescendu car certains coachs ne me voyaient pas à ce poste. L’essentiel était de jouer.

Avez-vous trouvé le temps long entre votre arrivée au centre et cette première vraie saison en pro ?

Oui, c’est vrai. Mais il ne fallait pas non plus que je me précipite. Quand je suis arrivé au centre, je savais que je n’avais pas le niveau pour tout de suite arriver chez les pros. Il fallait passer les étapes petit à petit et progresser au rythme du centre. Etre appelé chez les pros n’est pas une question d’âge. Quand vous êtes appelé, vous jouez et basta. Mais à seize, dix-sept ans, je ne pouvais pas encore prétendre à jouer dans la cour des grands. C’est une certitude. Déjà, pour progresser, il faut justement s’entraîner avec les pros. C’est le minimum. Après si c’est possible, l’idéal est bien sûr de jouer avec eux.

Lorsque vous avez intégré ce groupe pro, vous estimiez-vous apte à faire vos débuts en Ligue 1 ?

En fait, j’ai intégré le groupe pro alors que j’étais encore au centre de formation : je n’avais pas encore signé pro. Les entraînements me semblaient difficiles, donc je ne pense pas que j’étais encore apte à débuter en L1 à ce moment-là. Maintenant, ça ne veut pas dire que je ne l’étais pas, juste que je ne pensais pas l’être. D’ailleurs, en début de saison dernière, je ne pensais pas jouer aussi vite. Je ne m’y attendais pas. Je ne m’attendais pas à être autant utilisé, ni même à donner si vite satisfaction. Je l’avais appris lors de la mise en place, mais je m’étais tout de même préparé à tout, pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

Comment aviez-vous vécu ces premiers pas parmi l’élite comme titulaire avec les couleurs de votre cœur ?

C’était assez difficile quand même. Car vous avez une certaine pression, donc vous voulez faire les choses bien et assurer. Ça fait très chaud au cœur c’est sûr, mais ce n’est pas évident.


À voir aussi

Maguette Diop renvoie Khalifa et Cie en audience spéciale

Depuis son arrestation le 7 mars dernier, Khalifa Sall est apparu en public pour la …

Richard Gere et Alejandra Silva : Déjà deux ans d’amour malgré les 34 ans d’écart !

Voilà déjà deux ans que Richard Gere et Alejandra Silva filent le parfait amour ! …