Accueil / ACTUALITES / Sommet climat de Paris- Arona Coumba Ndoffène Diouf dissèque le «mensonge» du réchauffement climatique

Sommet climat de Paris- Arona Coumba Ndoffène Diouf dissèque le «mensonge» du réchauffement climatique

 

 Le ministre conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf  a jeté un pavé dans la mare sur les négociations de Paris sur le changement climatique.

Le ministre conseiller s’est dit  inquiet d’un éventuel échec de la conférence de Paris sur le climat  prévu en décembre. «La grande réunion prévue à Paris en octobre ne servira que de cadre pour perpétuer un mensonge d’une théorie scientifiquement fausse», s’est défaussé Arona Coumba Ndoffène Diouf, spécialiste en  Sciences de la Terre et de l’Environnement.  Très alerte, il soutient mordicus que le réchauffement climatique n’est que leurre et lueurs et que beaucoup de pays avertis restent encore très prudents sur ce changement climatique passe-partout qui est brandi sous moult slogans. Il n’en accuse pas moins nos dirigeants africains de se laisser abreuvoir de concepts incompris commandités par l’Occident qui leur a promis des primes à traverser les fonds «écolos» pour les appâter. L’unique objectif, déclame-t-il,  est d’enrichir le petit nombre de gens qui contrôlent la totalité du système et qui s’appuient sur les peurs du futur qu’ils contribuent à créer pour demander à chaque fois un peu plus. Tout cela pour perpétuer l’idée d’un catastrophisme injustifié, ressasse-t-il, non sans accuser  l’américain Al Gore de vouloir s’enrichir sur le dos des pays pauvres. «Nous sommes aujourd’hui en 2015 et toutes les «prédictions» alarmantes d’Al Gore et de ses complices, que les critiques ont appelés « la secte de la fin du monde », se sont révélées archi-fausses». «Le Pape du changement climatique par excellence Al Gore, prédisait un océan Arctique navigable grâce à la fonte des glaciers polaires. Une déclaration reprise par un rapport de la NOAA (agence fédérale américaine qui surveille le climat et les océans), qui théorisait une fonte sans précédente du Pôle Nord en 2012. Aujourd’hui, il est démontré par des données satellitaires (américaines, russes, japonaises et chinoises), que depuis 1979, l’Arctique est à sa superficie la plus étendue, avec une déviation normale de la moyenne, 1979 étant l’année de base. Des images satellites datant de 1964 montrent que la banquise du Nord n’a pas toujours été uniformément gelé», prouve-t-il à suffisance. Et de renchérir: «Aujourd’hui, il est certain qu’aucune des données satellitaires climatiques ne montre une hausse de température depuis 1996 (courbe plate). A ses yeux, les modèles datant depuis 1950 ne sont que des créations de vendeurs de fiction. En effet, dit-il, il a été également démontré par beaucoup d’études récentes de climatologues que les cyclones, les inondations, les feux de brousse et l’avancée de la mer ne deviennent pas plus forts et donc ne peuvent être directement attribués au changement climatique. Nous sommes en 2015 et Arona Coumba Ndoffène Diouf en conclut que toutes les « prédictions » alarmantes d’Al Gore et de ses complices se sont révélées archi-fausses. Ce qui lui fait dire que les catastrophistes du réchauffement mondial et du changement climatique se débattent comme de vilains diables dans des explications pour sauver la face en essayant de ranimer une hystérie climatique. A l’en croire, Al Gore, Administrateur Principal d’un holding financier qui gère des fonds écolo  à Londres, fait tranquillement son blé dans les marchés et Bourses des émissions de carbone.

Mouhamadou BA

Share This:

À voir aussi

MATIERES PREMIERES- Les cours de l’énergie et des métaux en hausse

La Banque mondiale prévoit en 2017 une hausse des cours des matières premières industrielles, notamment …