POLITIQUE

SON FILS ET NOMBRE DE SES OUAILLES EN PRISON, SON PARTI AFFAIBLI… Le génie de Wade à l’épreuve du « Macky »

  • Date: 13 janvier 2016

L’ancien président, Abdoulaye Wade, a transmis un courrier à ses partisans pour leur indiquer la conduite à tenir face au régime de Macky Sall qui vient de mettre aux arrêts le Coordonnateur du parti, Oumar Sarr, après la détention de Karim Wade, le candidat déclaré à la prochaine présidentielle.

Le document lu par Babacar Gaye, le porte-parole, lors de la réunion du Comité directeur a aussi mis l’accent sur « l’illégitimité » de  l’élection de Macky du fait de l’argent du dopage que Lamine Diack reconnait avoir transmis à l’opposition d’alors au pouvoir, aujourd’hui.

Les libéraux ont surtout cru devoir s’approprier les propos d’Oumar Sarr qui lui ont valu son inculpation pour offense au chef de l’État. Le Coordonnateur aurait simplement servi de porte-voix à ses camarades.

Une réunion du Cd du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui, à l’analyse, soulève beaucoup d’interrogations.

Il est de plus en plus clair que le Pds subit les affres d’une guerre politique déclenchée par Macky et ses alliés. Leur démarche est trop flagrante pour ne pas attirer l’attention. Les nombreuses arrestations à tort ou à raison, de responsables et militants de ce parti, les interdictions de sortie dont beaucoup sont levées, les transhumances notées de hauts responsables libéraux vers les prairies marrons, les interdictions de manifestations et de marche, entre autres, sont à ranger dans cette volonté du Secrétaire général de l’Alliance pour la République (Apr) de neutraliser ses adversaires et anciens camarades de parti qu’il connait assez pour ne pas les redouter.

Nombre de responsables libéraux sont en prison ou s’en sont sortis. Les trois cadres du Pds supposés les plus riches et inconditionnels de Wade à savoir Karim, Aida Ndiongue et Samuel Sarr ont eu curieusement maille à partir avec la Justice. Karim est à Rebeuss, Aida est encore dans le collimateur de la Crei et Samuel est mis hors d’état de nuire parce que son marabout lui aurait enjoint de laisser Macky tranquille.

Fada, membre influent du Cd est entré en dissidence à l’Assemblée nationale aidé en cela par le Président Niass et le groupe parlementaire de la majorité ; Ousmane Ngom s’affiche avec Macky après une longue période d’hibernation ; Djibo Kâ qui travaillait avec Decroix au niveau du Front de défense de la République (Fdrp) a rejoint le « Macky » ; Madické subit une « manipulation », médiatique, du moins à l’en croire, visant à le présenter comme un déserteur des rangs du Pds, etc.

Conséquence, le Pds est en souffrance. Le parti a du mal à faire face à ses adversaires en termes de mobilisations mais surtout d’élargissement de ses rangs. Les batailles judiciaires l’occupent tout le temps.

Le Baol, bastion du Mouridisme, chasse-gardée de Wade pourrait basculer dans le « Macky » après une opération de séduction dont le talon d’Achille semble être l’autoroute Ila Touba. Même les virulents jeunes marabouts semblent avoir mis de l’eau dans leur « bissap ».

Cependant, ce qui a étonné le plus, c’est que le génie tant chanté de Wade est resté impuissant, inopérant. L’homme n’a pas su arracher son fils des griffes de la Justice. Ses nombreuses tentatives de mobilisation ont été vite neutralisées. Le clin d’œil à ses amis étrangers comme le président Sarkozy, Ouattara et Sassou Nguesso n’a pas donné les résultats escomptés. Son parti subit des offensives de toutes sortes qui le secouent dangereusement en sapant son unité. Pendant ce temps, Wade est resté amorphe ou presque. Ses déclarations allant dans le sens de dire qu’il n’acceptera jamais que son fils soit condamné n’ont été que des menaces sans suite. L’impact des révélations sur Aliou Sall et Petrotim s’est vite estompé. Il en sera ainsi de l’effet Lamine Diack. D’autant plus que leur réaction est tardive, trop décalée par rapport aux faits.

La réalité est que Wade semble manquer de stratégie face aux initiatives de son fils spirituel entouré de ses anciens adversaires qui sont tout aussi redoutables. Le vieux lion subit-il le poids de l’âge ? En a-t-il marre de lutter lui, qui, depuis 1974, se bat pour l’alternance d’abord contre Senghor et ensuite contre Abdou Diouf ? Nous ne sommes pas loin de le penser même si dans les rangs du parti, l’on croit à une botte secrète du Pape du Sopi qui justifierait ses nombreux appels au calme. Wade n’aurait pas tout dit…

Dans le même ordre d’idées, on peut aussi arguer que le jeune leader « apériste », assez nourri à la sève « sopiste », connait trop Wade et ses stratégies qu’il aurait retournées contre lui.

Bien sûr, tout n’est pas noir dans le tableau des libéraux. L’emprisonnement de son fils Karim a suscité un courant de sympathie dans l’opinion autour de sa personne et resserré les rangs dans le parti. L’ancien ministre d’État sait que la prison va lui faire du bien, politiquement parlant. Et qu’il faudra, à l’avenir compter sinon sur lui, du moins avec lui. D’autant plus que les organisations nationales et la Commission des droits de l’homme des Nations-Unies a décrié le fonctionnement actuel de la Crei qui sera reformée si l’on en croit les autorités.

Mieux, ce dont il faut davantage se féliciter, c’est la forme républicaine du mode d’opposition du Pds même si, par moment, le ton a été très dur. Il n’y a pas eu de casses ou de troubles graves à l’ordre public contrairement à une réputation qui lui colle au dos notamment aux durs moments des luttes politiques de 1988 et de 1993.

Toutefois, nous ne pouvons pas manquer de souligner que le choix de Cheikh Tidiane Sy comme nouveau Coordonnateur en remplacement de Oumar Sarr a surpris plus d’un. Car l’homme est resté longtemps en retrait des activités du parti. On ne l’a entendu que lors de l’emprisonnement de son fils Thierno Ousmane Sy dans le cadre de la licence de la Sudatel. Depuis lors, silence radio. Or, des cadres comme Aida Mbodji, Babacar Gaye, Me Amadou Sall, Madické Niang, pour ne citer que ceux-là, ont toujours été au charbon dans une constance qui maintient le parti dans un dynamisme qui lui manque parfois. Tout le contraire de Cheikh Tidiane Sy qui a une réputation de dur.

Si Wade s’est encore trompé de casting, il aura fini de  paralyser son parti. Car, ce n’est ni à partir de Rebeuss avec Karim ni à partir de la France avec lui-même que le parti pourrait bénéficier du sursaut nécessaire pour faire face aux défis qui se posent à lui étant entendu que la proximité des élections éloigne toute possibilité d’un dialogue politique avec le régime de Macky Sall comme le réclamait Cheikh Tidiane Gadio à Touba.

Abdoulaye Diop

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15