Accueil / ACTUALITES / Sortie de l’ambassadeur de France Aliou Sow : «il faut d’abord arrêter de faire recours aux puissances étrangères»

Sortie de l’ambassadeur de France Aliou Sow : «il faut d’abord arrêter de faire recours aux puissances étrangères»

Le président du Mouvement Mpd «Ligueye», le docteur Aliou Sow s’est prononcé, hier, sur la sortie, du représentant de la France au Sénégal. Pour lui, cette «ingérence» découle du comportement des hommes politiques sénégalais qui font souvent recours aux puissances étrangères.

La sortie Jean Felix Paganon, ambassadeur de France au Sénégal, continue d’alimenter la polémique. D’aucuns trouvent que cette sortie est une ingérence et convoquent l’histoire. C’est le cas de l’ancien ministre de la jeunesse, Aliou Sow, qui demande d’abord à ceux qui fustigent l’ambassadeur d’en faire autant avec les hommes politiques sénégalais. «Nos hommes politiques doivent arrêter de faire recours à l’arbitrage de puissances étrangères sur des questions nationales qu’on peut régler à l’interne. Dès lors qu’on fait recours à eux, on les autorise à s’introduire dans nos affaires intérieures, en se permettant toute sorte de prises de position et à la limite, de faire des leçons mal placées», a-t-il fait savoir. Le président du parti MPD «Ligueye» dénonce la sortie de l’ambassadeur sur la suite du procès de Karim Wade. «Certes, économiquement, on n’est pas indépendant, mais cela n’autorise à personne de venir nous donner des leçons ou bien de s’autoriser à faire des jugements aussi ridicules, celles d’annoncer par anticipation la décision d’une cour spéciale», a dit l’ancien ministtre. Aliou Sow a fait cette sortie lors des activités politiques d’étudiants membres de la coordination des élèves et étudiants Patriotes de sa formation politique. Une occasion pour lui de dénoncer la démarche du ministre de l’enseignement supérieur, Mary Teuw Niane. Sur la décision du Pds d’investir son prochain candidat avant la fin de ce mois, Aliou Sow, en tant qu’analyste politique, est de ceux qui pensent que tout a été planifié pour projeter un individu. Pour ce qui est de sa formation politique, M. Sow persiste et signe qu’elle aura un candidat à la présidentielle de 2017.

Ibrahima Khalil DIEME

 

À voir aussi

2eme jour de plaidoirie La défense de Khalifa démontre en quoi ce «procès est politique »

Les avocats de Khalifa Sall et ses co-prévenus étaient, hier, dans leur 2e jour de …

8 personnes tuées dans un accident sur la route de Porokhane

Une collision entre un car « Ndiaga Ndiaye » et un bus a fait plus …