Education

SORTIE DE MACKY SUR «LE SYNDICALISME QUI SERAIT EN TRAIN DE DETRUIRE LES BASES DES UNIVERSITES AFRICAINES»- LES SYNDICATS APPORTENT LA REPLIQUE

  • Date: 15 mars 2016

Et si la sortie du chef de l’Etat, Macky Sall, le week-end, soutenant que « le syndicalisme est en train de détruire les bases des universités africaines », était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ? Les syndicats de tous les ordres y voient une provocation dans un contexte marqué par des grèves. Le syndicat autonome de l’Enseignement supérieur invite Macky Sall sur le terrain des engagements pris par son gouvernement. Pendant ce temps, le Grand cadre des syndicats d’enseignants de Mamadou Lamine Dianté exhorte l’autorité à avoir le courage d’affronter ces problèmes et y apporter des réponses. Abdou Faty de l’autre Gcse a, pour sa part, indiqué que ce sont «les mensonges d’Etat qui détruisent les bases des universités ».

Yankhoba Seydi, coordinateur du Saes de Dakar :  «Il est passé à côté»
« (…) Il est passé à côté. Nous ne l’invitons pas sur du syndicalisme. Nous voulons qu’il se prononce sur les points qui ont fait l’objet de protocole d’accords du gouvernement, sur lesquels lui-même a pris des engagements. Il n’a rien à nous apprendre sur le syndicalisme. C’est dommage parce que c’est la parole présidentielle, première institution du pays. Il n’avait pas besoin de cela. Qu’il nous évite à lui faire un rappel historique qu’il a fallu une grève des étudiants pour qu’il bénéficie d’une bourse.   Ses conditions sociales n’étaient pas de nature à assurer quelque chose de prometteur. Ce syndicalisme qu’il déchire lui a permis d’avoir ce qu’il a aujourd’hui. C’est un manque de reconnaissance. Il est passé à côté. On l’invite pas à nous faire un cours sur le syndicalisme. La parole présidentielle doit être sacrée. Les travailleurs l’interpellent sur les accords que le gouvernement a signés »

Mamadou Lamine Dianté, coordinateur du GCSE : «Les problèmes des universités africaines sont les conditions de travail, les effectifs pléthoriques»
«Ce n’est pas surprenant venant de M. Macky Sall, mais pas en tant que président de la République. Il devient coutumier des faits. Ce qui montre une fuite en avant de l’autorité. Quand on considère le syndicalisme comme étant des perturbateurs du système éducatif, ça cache mal l’état d’esprit d’accaparement de toutes ses prérogatives. Quand il y a des perturbations dans les enseignements-apprentissages dans tous les ordres d’enseignements, cela suppose qu’il y a des problèmes. L’autorité devait avoir le courage d’affronter ces problèmes et y apporter des réponses, plutôt de jeter en pâture les honnêtes citoyens qui ont tort d’avoir posé des revendications. Les problèmes des universités africaines sont tout autre. Ce sont d’abord les conditions de travail, sociales. Les effectifs pléthoriques. Les problèmes d’orientation des étudiants en fonction de leurs profils d’entrée. Voilà les véritables problèmes de l’université africaine »

Abdou Faty du Gcse : «Ce qui détruit les bases des universités, ce sont les mensonges d’Etat»
«Ce qui détruit fondamentalement les bases universités, ce sont les mensonges d’Etat. Ce sont également des institutions qui s’engagent devant le peuple sans respecter les engagements. C’est un Président qui donne sa parole sans le matérialiser. Ce qui montre que les universités et les écoles ne sont pas érigées en priorité. Ce qui sape les fondements de notre société, des universités et de l’administration »

Sud quotidien

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15