SOCIETE

SORY KABA, DIRECTEUR DES SÉNÉGALAIS DE L’EXTERIEUR « Nous allons ramener les 350 Sénégalais restés en Libye, par petit lot »

  • Date : 8 février 2016

Le Directeur des Sénégalais de l’Extérieur, Sory Kaba, a été, ce samedi, l’invité de l’émission le « Grand Oral » sur Rewmi Fm. Au cours de l’entretien, avec nos confrères, il est revenu longuement sur la situation des Sénégalais bloqués entre le Niger et la Libye.
« Le Président de Horizon sans frontières a informé que des Sénégalais étaient bloqués entre le Niger et la Libye. Pour cette question, on ne cesse de l’aborder parce que depuis ces deux, trois dernières années, la Libye est devenue la destination principale de nos compatriotes. Pas précisément en Libye mais, c’est un lieu de passage. Essentiellement, ils partent des régions périphériques c’est-à-dire Tambacounda, Kolda et Ziguinchor. Ils prennent des routes migratoires en passant par le Mali, le Burkina Faso, le Niger et ils atterrissent en Libye et finalement à Tripoli en espérant peut-être prendre une barque, un bateau, une pirogue pour traverser la Méditerranée et atterrir en Sicile. Pour ces trois dernières années, on a enregistré jusqu’à 5.000 Sénégalais qui sont arrivés en territoire italien en passant par ces routes-là. Inévitablement, il y en a qui réussissent à faire la traversée et, il y en a d’autres qui échouent. Systématiquement, ces derniers n’ont plus le courage d’affronter la Méditerranée et ils tentent de prendre le sens inverse pour revenir au Sénégal. Comme la Libye n’est plus un pays stable, un pays où la démocratie s’exprime, nous avons beaucoup de protagonistes qui se battent pour le contrôle de cet État-là. »

Rompre toute relation diplomatique avec la Libye

« C’est très difficile pour un État comme le nôtre de pouvoir agir dans ce pays. Aujourd’hui, le seul pays africain qui a encore une représentation diplomatique en Libye et c’est un Consulat c’est le Niger. Tous les autres pays du monde ont rompu leurs relations diplomatiques avec la Libye et c’est normal. Parce qu’on voit ce qui s’est passé dernièrement à Bamako. Quand les Jihadistes ont pris une voiture diplomatique pour attaquer le Radisson Blu de Bamako. Les plaques diplomatiques ont un privilège. On leur laisse l’accès libre à certaines zones interdites ou qui ne sont pas contrôlées. C’est pourquoi, en Libye, quand tu circules avec une plaque CD (Corps diplomatique), tu fais l’objet d’attaques de la part des différents protagonistes qui sont sur place. Maintenant, on a rattaché le Niger à la Tunisie et c’est notre ambassadeur à Tunis qui opère, extension des juridictions. »

Mise en place d’un processus pour leur rapatriement

« Concomitamment, on collabore avec l’Association des Sénégalais qui est sur place mais de temps à autre avec l’OIM qui s’appuie sur la représentation du Niger pour effectuer certaines opérations de rapatriement. Nécessairement, il y a des Sénégalais qui sont en détention en Libye arbitrairement parce que c’est un pays de non- droit. Dans le milieu arabe, à quelques exceptions prés, ils considèrent la peau noire comme une peau d’esclave. Il n’y a aucune relation d’activité ou de coopération entre eux. Tous les noirs qui sont, aujourd’hui, en Libye courent le risque d’être pris par la force des choses, être mis en prison, un téléphone à ta disposition pour que tu appelles ta famille à la demande d’une rançon pour être libéré. Aujourd’hui, on a au moins 500 de nos compatriotes parmi lesquels les 150 ont été sortis d’affaire au mois de décembre, début janvier. Pour les 350 qui restent, on est en train d’opérer pour les amener par petit lot. Il y a un lot de 40 personnes qui arrivent le 8 février (aujourd’hui) qui sont passés par la route. Il y en a d’autres qui sont attendus au fur et à mesure que nous réussissons à les sortir de cette situation. Il y en a parmi eux qui sont détenus arbitrairement par des bandits et nous avons des informations précises. »

Cheikh Moussa SARR

Les Plus Populaires
Les plus commenté
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15