Accueil / FAITS DIVERS / Soupçon d’infidélité : Eric pirate la messagerie de son épouse

Soupçon d’infidélité : Eric pirate la messagerie de son épouse

Après 20 années de mariage, ça sent le roussi chez le couple Guedegbe. En effet, la dame R.A.R a déposé une plainte contre son époux Eric pour accès illégal et maintien dans un système d’information, usurpation d’identité, collecte, traitement de stockage et transmission de données personnelles de manière illicite, illégitime et frauduleuse. En l’absence de la dame, l’affaire a été jugée, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar.

 Il ressort des débats d’audience que le mis en cause a accédé illégalement aux comptes mails de son épouse en y collectant des conversations privées avant de s’accaparer des comptes empêchant ainsi l’accès à son titulaire légitime. Cependant, Eric a nié en bloc, arguant qu’il soupçonnait son épouse de comportement adultère. Il a confié au tribunal qu’ils sont en instance de divorce. Malgré cela, ils logeaient toujours sous le même toit et la dame se connectait à l’unique routeur dont la gestion incombe au prévenu. Dans sa plainte, la dame a déclaré que pour des raisons non justifiées, son conjoint a piraté son compte de messageries à partir desquels, il divulgue ses conversations électroniques en les transférant à ses différents contacts ou en les publiant sur facebook. Interrogé par le juge, Eric a renseigné qu’il est ingénieur en informatique et responsable informatique  de L’Idep. Par rapport aux charges qui pèsent sur lui, il a confié avoir accédé fortuitement au compte de messagerie de son épouse à partir duquel, il aurait découvert des échanges compromettants avec son amant. Sur ces entrefaites, il a mis sa femme au parfum de la situation tout en lui déclarant : « je ne veux plus de divorce par consentement, mais plutôt par consentement mutuel ».

Ainsi, dit-il, c’est là que son épouse est allée chercher des certificats médicaux pour l’accuser de coups et blessures volontaire et autres. « Pourquoi avez-vous accédé à son compte ? », s’interroge le juge. « Au cours d’un contrôle parental, alors que j’ai accédé à mon routeur,  j’ai intercepté les données brutes de l’appareil cellulaire de la dame qui se connectait au même moment sur le réseau wifi », a-t-il rétorqué. A l’en croire, il a découvert les actes adultérins de son épouse qu’il soupçonnait de ces faits bien avant. Pour sa part, l’avocat de la partie civile, Me Padounou, a réclamé la somme de 100 millions en guise de dommage et intérêt. Selon lui,  la femme n’est pas jugée pour adultère et rien de ce qu’a dit le mis en cause est vrai. Invité à faire son réquisitoire, le maître des poursuites a requis l’application de la loi. De son côté, l’avocat de la défense estime que le comportement de son client est tout à fait normal. Car, en tant que père de famille, il a la responsabilité de contrôler ses enfants et sa femme. Pour ce faire, la robe noire plaide pour la relaxe pure et simple et de débouter la partie civile. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 12 juin prochain.

Cheikh Moussa SARR

 

À voir aussi

Thiès : Le corps d’un bébé découvert dans un dépôt d’ordures

Horreur à Thiès. Le corps sans vie d’un nouveau-né de sexe masculin,  a été découvert …

Les agresseurs du policier risque 15 ans ferme

A bord de leur scooter, Babacar et Cie agressaient les honnêtes citoyens. Malheureusement pour eux, …