POLITIQUE

Soupçons de fraude dans la révision des listes électorales- Le dialogue de sourds persiste entre l’opposition et le pouvoir

  • Date : 14 juillet 2015

Le processus de révision des listes électorales en perspective  des prochaines élections va exacerber les tensions entre le pouvoir et l’opposition. En effet, la dernière sortie médiatique du porte-parole de l’Alliance pour la République (Apr), Seydou Guèye, a suscité une levée de boucliers au sein de l’opposition qui dénonce des cas avérés de fraude sur les listes électorales. Pour éviter toute tentative de confiscation des suffrages des Sénégalais, les opposants se disent prêts à engager la bataille.

Pour les leaders de l’opposition, «des commissions installées dans des lieux privés confectionnent des cartes d’identité pour des mineurs en déformant leur identité et en leur attribuant de fausses adresses. Et le moment venu, on les pousse à voter dans le bon sens». Réponse du berger à la bergère, le porte-parole de l’Apr, Seydou Guèye,  parle de  «manœuvres de diversion». «La réalité montre que nous avons l’un des meilleurs systèmes électoraux au monde. À partir du code consensuel de 1992, nous avons obtenu un dispositif qui a engagé l’État, les acteurs politiques et la société civile en donnant des pouvoirs à des institutions comme la Commission électorale nationale autonome (Cena). Beaucoup de pays nous envient  ce modèle qui rend quasi impossible toute fraude», rappelle Seydou Guèye. Soutenant qu’on est dans un processus de révision ordinaire des listes électorales, il estime que «la technologie a réglé tous les problèmes de fraudes et sources de fraudes».

Des propos que ne partage nullement Moussa Diakhaté, porte-parole de la Convergence  Bokk Gis-Gis. Ce dernier reste convaincu que l’opération de révision des listes électorales est un  prétexte pour opérer une vaste campagne de fraudes électorales. «Nous avons appréhendé à Mbao deux jeunes membres de l’Apr en possession de nombreuses fausses cartes d’identité, de certificats de résidence ou de domicile. Ils étaient en train de procéder à un transfert d’électeurs en direction des prochaines élections. Alors que nous les avons livrés  à la gendarmerie,  nous avons appris qu’ils ont été libérés, suite à de fortes pressions. Toutefois, nous avons mandaté un huissier qui a constaté les faits et nous allons porter cette affaire devant la justice pour violation flagrante du Code électoral»,  accuse-t-il. «Le régime, aux abois, cherche par tous les moyens à se maintenir au pouvoir. À partir de ses agissements, nous sommes sceptiques par rapport à la volonté du gouvernement d’aller vers des élections claires, justes et transparentes», se plaint-il.

Il est appuyé dans ses craintes par Sada Ndiaye. Le chargé des élections du Parti démocratique Sénégalais (Pds) déplore de nombreux cas de fraudes dans beaucoup de localités comme Pikine Est, Pikine Ouest, Kanel et soutient que la révision des listes électorales n’est pas du tout crédible. «Le processus est rempli d’irrégularités. Celles-ci ne touchent pas le fichier électoral en tant que tel, mais plutôt la confection des cartes nationales d’identité et d’extraits de naissance qui sont des éléments capitaux du processus d’inscription sur les listes électorales.  Si ces éléments sont falsifiés,  ils risquent d’influencer négativement sur la fiabilité du fichier électoral. Dans ma commune de Nguidjilone, de nombreux cas de fausses pièces d’identité et domiciliations ont été révélés à la suite  de nos enquêtes», déclare-t-il. L’ancien député libéral considère que le travail de ces commissions prête souvent à confusion, puisque dans certaines localités, les autorités administratives ne sont même pas au courant du processus de révision des listes électorales. «Je pense que les tergiversations du président de la Cena et les autres formes de violation ne favorisent pas l’instauration d’un climat susceptible de nous conduire à des élections sures et sans contestation», signale Sada Ndiaye.

L’AS

Les Plus Populaire
Title
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15