Accueil / ECONOMIE / Sources d’énergies renouvelables : Valorisation des potentialités disponibles

Sources d’énergies renouvelables : Valorisation des potentialités disponibles

Une conférence sur « le projet micro réseau (Microgrids) et la politique des énergies renouvelables au Sénégal » s’est tenue hier à Dakar. C’est un projet qui met un accent particulier sur la promotion des micros réseaux lesquels permettent de valoriser les potentialités énergétiques disponibles.
C’est un défi et pas des moindres. Assurer aux populations de l’énergie en quantité suffisante pour couvrir leurs besoins relève en effet d’une véritable maîtrise de plusieurs paramètres. Au-delà de la disponibilité, il faut surtout avoir des ressources humaines qualifiées et bien formées, ainsi que des données fiables et une bonne maîtrise technique en la matière. Une rencontre a été organisée hier à Dakar sur le projet micro réseaux (Microgrids) et la politique des énergies renouvelables au Sénégal à laquelle ont pris part différents partenaires, notamment l’Union européenne, des scientifiques, des experts, etc. Ils vont se pencher sur les activités et les résultats du projet, notamment les enquêtes socio-économiques et techniques menées dans les localités ciblées (Thiès, Kaolack et Fatick).

Le Pr. Christian Sinan Diatta ministre des énergies renouvelables et des biocarburants qui a ouvert les travaux a reconnu à l’Afrique un important stock d’énergie renouvelable, mais mal utilisé, parce que nécessitant un important investissement. Ainsi, la création d’un département spécifique au secteur, est de l’avis du ministre en charge des biocarburants, signe que le Sénégal est entré dans l’ère des « énergies renouvelables ». Et dans cette perspective, il a apprécié la volonté des partenaires au développement d’accompagner le Sénégal dans sa quête permanente du développement, particulièrement du secteur de l’énergie. « Les énergies font l’objet de stratégies dans tous les secteurs », a relevé M. Diatta, indiquant par ailleurs que beaucoup de programmes sont retenus dans la perspective d’assurer le développement des énergies renouvelables. « Les énergies renouvelables sont utilisées au Sénégal depuis longtemps », a souligné le directeur du centre d’études et de recherches sur les énergies renouvelables, Mansour Kane, par ailleurs coordonnateur du projet Micros réseaux (Microgrids). Ce dernier a surtout déploré la non prise en compte du volet formation qui a jusqu’ici anéanti les efforts de développement de ce secteur énergétique. Microgrids veut ainsi s’attaquer à cette formation en assurant une bonne implication des populations.

Le projet fait la promotion des micros réseaux en mettant l’accent sur les énergies renouvelables pour l’électrification dans les pays en développement, et entend surtout contribuer à la promotion des sources d’énergies renouvelables à travers l’organisation de sessions de formation, de séminaires et de conférences pour les professionnels du secteur de l’énergie, évoluant dans le secteur public, les collectivités locales et le privé.

Les micros réseaux offrent une opportunité de valoriser les potentialités énergétiques les plus disponibles du moment, suivant les conditions climatiques et saisonnières.


À voir aussi

Macky Sall sur le champ gazier «L’ACI va poursuivre toute la chaîne avant sa promulgation»

Le  Président de la République, Macky Sall, a révélé hier à Dakar, que l’accord de coopération …

Fonds africain de développement- Le Japon accorde 700 millions de dollars américains

L’Agence japonaise pour la coopération internationale (JICA) a signé un accord de prêt de 73,601 milliards …