2 septembre, 2014
Accueil » FAITS DIVERS » Sous la menace d’un couteau, Mouhamadou A. Faye agresse une jeune fille
Sous la menace d’un couteau, Mouhamadou A. Faye agresse une jeune fille

Sous la menace d’un couteau, Mouhamadou A. Faye agresse une jeune fille

Pauline Marie Faye, doit sans doute regretter d’être passée devant le stade Demba Diop, le jour du combat Ness-Baboye. Alors qu’elle attendait un bus, elle a eu la surprise d’être interpellée par un jeune homme qui lui a réclamé son sac, sous la menace d’un couteau. Jugé hier, ce dernier a été condamné à deux ans ferme.

Agé de 26 ans, Mouhamadou A. Faye, qui a été jugé, hier, pour vol commis la nuit, sous la menace d’une arme blanche, voulait sans doute se soustraire à la sanction pénale, en produisant dans son dossier un certificat médical qui attesterait de sa démence. Mais comme l’a du moins révélé le procureur de la République dans son réquisitoire, le document médical en question est daté du 16 décembre, alors que les faits qui lui valent une comparution à la barre ont eu lieu quatre jours auparavant, soit le 12 décembre. Un jour, où se tenait au stade Demba Diop, le combat opposant Ness à Baboye. En effet, il était presque 20 heures, lorsque la plaignante s’est présentée à l’arrêt, se trouvant à quelques encablures du stade, pour attendre un bus. Elle ne savait pas que Mouhamadou A. Faye l’épiait de loin. C’est donc à sa grande surprise, que ce dernier a subitement surgi devant elle, pour lui pointer un couteau. «Donne-moi ton sac, ou je te tue tout de suite», lui avait lancé l’agresseur,

qui n’avait pas du tout l’air de plaisanter. Prise de peur, la jeune fille, qui craignait pour sa vie, n’a pas hésité à lui remettre son sac. Ayant détalé comme un lapin, après avoir pris possession du sac, le mis en cause n’a pas réussi à aller loin. En effet, lorsque sa victime a crié de toutes ses forces «au voleur», les forces de l’ordre qui étaient dans les parages pour assurer la sécurité ont, dare-dare, rappliqué pour se lancer à la poursuite de l’agresseur. Rattrapé, après quelques minutes de course-poursuite, le sieur Faye a été embarqué manu militari. Jugé hier, en l’absence de la plaignante, il s’est permis de balayer d’un revers de main toutes les mentions du procès-verbal. Ce qui n’a pas convaincu le parquet qui lui a rappelé qu’il a été pris en flagrant délit par les policiers qui ont trouvé sur lui le sac volé et un couteau. Même si son conseiller a plaidé sa relaxe, le mis en cause a finalement été condamné à la peine requise par le parquet, c’est-à-dire deux ans ferme.

Ndèye Anna NDIAYE

Le Soleil