Accueil / ACTUALITES / Soutien des leaders et rébellion de la base Macky fait imploser l’Afp et le Ps

Soutien des leaders et rébellion de la base Macky fait imploser l’Afp et le Ps

Consacré depuis la défaite de 2000, Premier secrétaire du Parti socialiste (Ps), Ousmane Tanor Dieng, l’homme qui aura réussi à redresser le parti n’est plus sacré. Il vient d’essuyer, ce samedi, des huées qui matérialisent souvent les débuts de fin règne. Le Oui est passé par là. Ce fameux acte de fidélité à  Macky Sall dans le cadre de leur coalition Benno Bokk Yakaar (BBY). Nombre de militants de ce parti sont outrés et désirent reprendre leur liberté en rompant le pacte avec les alliés du pouvoir. Leur acte de défiance sonne comme un acte d’exaspération face à la position clair-obscur de leur Bureau politique (Bp) sur leur éventuel futur candidat à la prochaine présidentielle.

La conférence de presse tenue par le Maire de Podor, Aïssata Tall Sall, appelant au ”Non”, en dit long sur l’ampleur de la scission dans ce parti. Malheureusement, la violence a parlé, ce samedi, lors de la réunion du Bp pour se prononcer sur le référendum. Dans le communiqué rendu public par le parti, ce dimanche, un doigt accusateur a été pointé sur « des responsables du parti » qui seraient minoritaires parce qu’ayant constaté « le décalage entre d’une part leur prétention et leur représentativité réelle au sein du Ps ». Dans le même document, mandat a été donné « au Secrétaire général, de prendre toutes les mesures disciplinaires qu’appellent ces actes de violence ».

Le syndrome Afp

Une situation qui rappelle celle d’un autre parti politique, l’Alliance pour la République (l’Afp), qui a vécu une situation similaire ayant abouti à la scission du parti après l’exclusion de Malick Gackou et de ses souteneurs. En effet, au Ps, Khalifa Sall joue assez bien ce rôle et il est soutenu par des cadres du parti comme le Maire Bamba Fall. Mieux, dans le communiqué transmis à notre rédaction, ce dimanche, du moins dans sa dernière mouture, il n’est nullement fait mention du soutien des jeunes qui semblent ainsi être beaucoup plus en phase avec Khalifa Sall si l’on s’en tient aux différentes mises en demeures transmises à Macky Sall s’agissant notamment de la date du référendum et de la présidentielle.

C’est dire que le Ps est bel et bien sur les traces de l’Afp. Tanor vient d’être fortement contesté et cette fois-ci, ouvertement. Si des mesures d’exclusion tombent comme à l’Afp, un parti politique pourrait naitre des flancs de cette formation de Léopold Sédar Senghor, le premier président du Sénégal indépendant. Dans tous les cas, le Mouvement And Fal Khalifa devra se renforcer dans les prochains jours et son audience s’accroitre.

L’implosion guette le Ps qui n’a plus le choix dès lors que Tanor s’entête à diriger le parti selon ses propres visions malgré les contestations sous le vernis des réunions du Bp dont on sait que nombre de membres ont été absents. Le Oui aura ainsi scellé la division dans ce parti en cristallisant et en rendant publiques les contestations notamment par la violence.

Du côté des militants socialistes, l’heure sera au choix d’un camp ou d’un autre. Les masques vont tomber et Tanor saura ainsi sa vraie cote de popularité dans le parti.

BBY affaibli

Toutefois, les conséquences ne s’arrêteront pas là. La coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) au pouvoir sort ainsi affaiblie de cette situation. En plus de l’Afp qui a perdu nombre de ses cadres et militants partis rejoindre l’opposition dans le Grand Parti (GP), le Ps est dans une dynamique de scission qui devra injecter nombre de ses ouailles dans les rangs de ces partisans du ”Non”.

L’histoire retiendra, en effet, que le président Macky Sall jeune leader de l’Apr né après les indépendances, aura, malgré lui, réussi, la prouesse de faire imploser deux grands partis du Sénégal, l’Afp et le Ps. Sa stratégie aura été de « domestiquer » les leaders en les convainquant par ses propres méthodes à rallier ses différentes causes sans contestation de leur part, au risque de les mettre en porte-à-faux avec leurs bases.

Il se susurre, en effet, qu’au sortir de ce bras de fer, le Ps ne sera plus comme avant, pas plus que ne l’est l’Afp après les injures publiques de Niasse contre Gackou et sa bande.

Pourtant, il aurait été simplement plus sage pour ses deux leaders, Niasse et Tanor de s’inspirer des exemples des leaders des partis de gauche que sont la Ligue démocratique (Ld) et le Parti pour l’indépendance et le travail (Pit). Abdoulaye Bathily et Amath Dansokho ont eu la dextérité politique de soutenir Macky Sall tout en se retirant des directions de leurs partis politiques en y instaurant l’alternance. Cela a permis de sauver leurs formations politiques d’une implosion connue par l’Afp et le Ps.

Deux partis politiques qui sont tellement en phase avec le président Sall qu’ils devront forcément travailler ensemble pour les futures législatives et la prochaine présidentielle. Une certitude qui va accentuer leur décadence non seulement aux yeux de leurs inconditionnels que cette situation heurte au plus haut point mais également de l’opinion publique sénégalaise dépitée par cette absence de démocratie interne dans nos partis politiques.

Assane Samb

Share This:

À voir aussi

GO : Haro sur ces déclarations superfétatoires

On a fait beaucoup de bruit avec la mort des gosses au Stade Demba Diop. …

Extremisme violent et cybercriminalité- les nouveaux défis sécuritaires » (Mankeur Ndiaye)

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye, a exposé, mercredi, …