Accueil / ACTUALITES / SPÉCULATION FONCIÈRE AU CAMP DIAL DIOP Qui veut s’emparer des terres du  « Château d’Eau » ?

SPÉCULATION FONCIÈRE AU CAMP DIAL DIOP Qui veut s’emparer des terres du  « Château d’Eau » ?

Dans un Dakar où il devient pratiquement impossible de trouver un seul terrain libre, l’imagination va bon train. Surtout du côté des promoteurs immobiliers. Actuellement, on tente doucettement de s’aliéner l’actuelle maison du combattant sur l’Avenue Lamine Guèye, les maisons coloniales qui se situent sur le périmètre du Port et toutes les vieilles bâtisses inoccupées, propriétés de l’État.

Est-ce bientôt le tour du vieux château d’eau sis sur l’Avenue des Diambars à quelques encablures de la maternité Le Dantec ?

Le jeudi 26 novembre 2015 dernier, en tout cas, la Sones a commencé à y entamer des travaux de démolition. L’ouvrage qui date du début du XXe siècle est une propriété de la Sones. Il a fonctionné jusqu’à il y a  peu de temps, avant d’être remplacé par un autre, construit cette année 2015.

Il se situe dans un alignement où, du camp Dial Diop à la maternité, toutes les architectures, fruits de la colonisation présentent un visage homogène. Il n’a jamais été classé patrimoine national, et c’est pour cette raison que la décision de le démolir ne pose aucun problème, surtout quand elle est confortée par une étude de techniciens sûrement peu sensibles à cette « pierre »  sur laquelle une partie de notre histoire est écrite.
A quelles fins ? C’est ce qui reste à savoir. En attendant, à l’heure où vous lirez ces lignes, les travaux de démolition continuent, sans aucun panneau indicateur sur le chantier, pouvant indiquer l’autorisation de démolir, mais au moment où plusieurs projets autour de ce château d’eau sont déjà proposés.
Cela ne cache-t-il pas quelque chose ? Nous ne demandons qu’à être rassurés.
Cheikh Ba

Share This:

À voir aussi

LEGISLATIVES DE JUILLET 2019 La campagne avant l’heure

A un peu plus de deux mois des législatives de juillet, la classe politique, au …