People

Stanislas Sissokho, artiste « Les musiciens n’ont pas le statut qu’ils méritent »

  • Date: 6 janvier 2016

 Stanislas Sissokho, artiste de son état, a parlé de son nouvel album intitulé « Could you love me ». C’est dans ce contexte qu’il a soutenu que les musiciens sénégalais n’ont pas d’appuis parce qu’on ne leur donne pas le statut qu’ils méritent en tant qu’ambassadeurs de la culture sénégalaise.

Établi en France depuis 1998, ce jeune artiste sénégalais plus connu sous le sobriquet de Stanislas Sissokho a décidé de venir au Sénégal pour présenter son nouvel album intitulé : « Could you love me » afin de se faire connaître du grand public. Le créateur du concept « A new acoustic soul » veut ainsi partager sa vision musicale avec ses compatriotes. Il a aussi décidé de sortir un clip portant sur le célèbre titre classique « Ain’t no sunshine. » Un pari qui renseigne sur la farouche volonté du bonhomme qui n’a pas hésité à s’attaquer à un titre aussi chargé que cette chanson. « C’est un album qui sortira normalement, en fin janvier, en international. C’est dans ce cadre que je suis au Sénégal pour le promouvoir mais aussi faire profiter aux Sénégalais ce que je fais. L’album est composé de 10 titres et les thèmes que j’aborde tournent autour de la vie en général avec ses hauts et ses bas », indique l’artiste. Avant de poursuivre : « Je compte sur le public sénégalais qui est un grand mélomane. C’est dans ce sens que je travaille pour essayer de proposer humblement ce que je fais ».

Par ailleurs, il se pose la question de savoir, malgré toutes les épreuves difficiles de la vie, si on est prêt à aimer la vie telle qu’elle est et aussi contribuer à l’améliorer pour en faire un joyau. « Par contre, il y a un thème qui me tient vraiment à cœur et c’est Haïti avec le Tsunami qui s’est passé et tout ça. J’ai écrit un morceau pour qu’on ne les oublie pas mais aussi c’est un hommage aux sinistrés », précise-t-il. Toutefois, Stanislas a salué le courage et l’abnégation des musiciens qui, selon lui, « travaillent mais malheureusement ne sont pas appuyés parce qu’on leur donne pas encore le statut qu’ils méritent en tant qu’ambassadeurs de la culture sénégalaise ».

Stanislas Sissokho a décidé de proposer un nouveau style qui lui est propre et qu’il dénomme  « New acoustic soul ». Ce qui déflore d’emblée ses orientations musicales qui sont axées autour de la soul et de l’acoustique. Il faut dire que cet artiste est un instrumentiste qui manie avec dextérité la basse et le clavier. Il a eu à cheminer avec le groupe Daara  J Family de 2008 à 2011 en qualité de bassiste. L’aventure avec ses potes du Daara J Family, Fadda Freddy et Ndongo, a démarré en réalité à Dakar. Il partageait la même classe que Fadda et le même établissement que Ndongo. Leur contact a été favorisé par le fait que ces derniers étaient tous férus de musique et ils aimaient se retrouver pour échanger. Kingstan a donc grandement contribué à asseoir les bases de ce groupe musical qui a sillonné le monde. Après trois années de fructueuses collaborations avec le duo, Kingstan a décidé de poursuivre sa carrière en solo. Guitariste et chanteur inspiré, il a mis du temps pour concocter cet album titré « Could you love me ». Kingstan qui chante en « nagas » dans la majorité des titres de cet album et justifie son choix par l’envie de toucher le plus grand nombre. Néanmoins, il a aussi chanté quelques titres en Wolof. Une manière de marquer son enracinement et son ouverture.

Cheikh Moussa Sarr

 

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15