Accueil / RELIGION / Sukyo Mahikari : Une nouvelle religion dans nos murs

Sukyo Mahikari : Une nouvelle religion dans nos murs

Il y a quelques mois, le général de brigade Olivier Paulus, commandant des Forces françaises du Cap-Vert (FFCV), remettait au directeur de l’Agence de la grande muraille verte, Matar Cissé, un chèque de 6 millions de francs CFA destiné à des opérations de reboisement.

C’est dans ce cadre, que quelques 250 étudiants, 140 membres du service civique national, 140 adhérents de l’association sénégalaise des amis de la nature, 241 volontaires de l’association Sukyo Mahikari, des jeunes de la région de Louga et de Ranérou se sont investis pour atteindre les objectifs de 1500 ha à semer à Lougharé Thioly (Matam).

Mais au-delà de l’information somme toute banale d’une simple opération de reboisement, qui sont donc ces 241 jeunes gens qu’on prête à cette « association Sukyo Mahikari », et en quoi consiste t–elle ?

En réalité, il s’agit d’une secte (d’autres diront une religion nouvelle) fondée au Japon en 1960 par Kotama OKADA, un ancien officier de la garde impériale de l’Empereur du Japon, tout dévoué à la suprématie de celui-ci.

Des révélations successives donnent à OKADA la mission et le pouvoir (transmissible) de purifier tout homme et l’univers en  » transmettant la Lumière divine par la paume de la main – c’est l’Okyome « .

À la mort du fondateur, une scission oppose le successeur désigné, Sekigutchi dont la secte prospère au Japon, à la fille adoptive d’Okada, Keiju Okada. Déclarée à Paris en 1973 sous le nouveau vocable de  » Sukyo Mahikari « , Lumière de vérité, la secte active et discrète multiplie ses implantations en France, en Europe, en Afrique francophone fondateur.

Le fondateur Kôtama Okada est né en 1901 à Tôkyô. Par respect envers son père qui était général, il a tout d’abord suivi une carrière militaire. Il quitta l’armée pour raison de santé en 1941 et devint homme d’affaires. A la fin de la guerre, il s’est retrouvé en faillite et couvert de dettes. Après une longue période d’examens et d’entraînements divins, il a reçu la première révélation concernant la fondation de Mahikari en 1959. Les révélations ont ensuite continué à lui parvenir. Il en fut très étonné et commença par douter de leur véracité. En 1960, des prêtres shintoïstes lui ont confirmé les deux missions qui lui avaient été accordées par Dieu : Sumeigodo, mission d’unifier les cinq grandes religions par les enseignements de la source (Sukyo), et Yosuka, mission de distribuer la puissance de Dieu, c’est-à-dire accorder aux hommes la Lumière de Vérité qui, en langue japonaise se traduit par Mahikari.

Pour témoigner leur respect envers le fondateur, les initiés le nomment Sukuinushisama : sauveur de l’humanité.

Enseignements

La secte organise des cours de 3 jours dans ses centres (dojos) du monde entier pour les personnes qui souhaitent devenir membres, afin de pratiquer l’art de Mahikari. Ces cours sont ouverts à toute personne de plus de 10 ans (avec autorisation parentale pour les mineurs).

Pendant les 3 jours de cours, on étudie les principes universels qui gouvernent le monde divin, le monde des esprits divins, le monde astral et le monde physique. De plus, on apprend l’influence que le monde invisible exerce sur la vie dans le monde physique et vice versa.

En suivant ce cours, une personne peut devenir membre de Sûkyô Mahikari et recevoir un médaillon sacré (Omitama) qui permet de pratiquer l’art de Mahikari.

Lorsque les membres pratiquent l’art de Mahikari et accumulent des expériences spirituelles, ils

peuvent progresser vers les cours moyen et supérieur où sont approfondis les principes de l’univers, le monde invisible et le programme de Dieu pour l’humanité.

Et pour l’ensemble de ses activités, l’organisation repose généralement sur une cotisation mensuelle de ses membres et des dons volontaires des membres et des non membres. Le fait de faire ou non un don et la détermination du montant est à l’entière discrétion de chacun.

Rites et autres religions

Chaque mois sont organisées des cérémonies qui sont l’occasion pour les membres et les invités, d’exprimer leur reconnaissance envers Dieu pour toutes les grâces qu’ils reçoivent chaque jour, et de prier pour l’avènement d’une civilisation de paix et d’harmonie sur la terre.

Considérant que c’est Dieu Créateur qui est à l’origine de chacune des religions Sûkyô Mahikari ne se considère pas comme le seul chemin menant à Dieu, pas plus que la seule manière de se rapprocher de Dieu. L’un de ses buts est d’encourager le dialogue entre les différentes religions et de coopérer avec d’autres afin de parvenir à partager des principes de vie universels avec le plus grand nombre de personnes dans le monde.

Les personnes qui deviennent membres de Sûkyô Mahikari sont libres de poursuivre la pratique religieuse qui leur est propre.

Lit on dans la déclaration de la secte, mais cela peut il être possible dans un pays comme le nôtre, fortement religieux et partagé entre l’Islam et la Chrétienneté ? Aux prêtres et aux marabouts de répondre à la question puisque le rite commun à ces deux religions ne fait guère place à l’idolatrie. Mais déjà, pour diverses raisons, quelques uns de leurs jeunes fidèles se sont convertis à la nouvelle religion.On peut facilement les rencontrer à la Sicap Sacré III ou sur le net.

CHEIKH BA


À voir aussi

Vidéo – Leylatoul Qadr : Ahmed Khalifa Niass à Touba chez le Khalife général des Mourides

La communauté mouride fêtait dans la nuit de jeudi à vendredi le Leylatoul Qadr. Moment …

(03 photos) – Leylatoul Khadr : Aissata Tall Sall était à Touba

Aissata Tall Sall a passé la nuit du destin (Leylatoul Khadr) à Touba. La présidente …