Accueil / POLITIQUE / SUPERVISION DE LA PRESIDENTIELLE 2012 La société civile sénégalaise forme ses membres à Rufisque

SUPERVISION DE LA PRESIDENTIELLE 2012 La société civile sénégalaise forme ses membres à Rufisque

Le collectif des organisations de la société civile pour les élections (Cosce), en collaboration avec les Ong Osiwa et Usaid, est en train d’outiller ses membres, en vue d’une bonne supervision de la présidentielle. Plus de 1200 observateurs seront mobilisés dans le pays, dont une partie était en formation, hier, au Cnfa de Rufisque.

A l’instar des observateurs étrangers, déjà, sur le terrain de la couverture de cette campagne, les observateurs Sénégalais, issus de différentes organisations de la société civile, sont à pied d’œuvre pour « la couverture d’une campagne transparente et régulière, comme les années précédentes ». Regroupées en collectif, onze (11) organisations de la société civile, dont les plus en vue, ont l’habitude d’investir les terrains du développement et des droits humains : (Forum civile, Ong 3D, Ondh,Enda Graf, ligue Civique, Raddho, Ajed, Réseau Siggil Jiggen, Anafa, Radi et Radio Oxyjeunes), ont, après une campagne de sensibilisation, à travers la presse, pour l’inscription et le retrait des cartes électorales, commencé à déployer plus de mille observateurs (1275 pour tout le Sénégal et 85 pour la région de Dakar). Et, selon Jean Marie Diatta , un des formateurs et membre de l’Ondh, « tous les observateurs du collectif sont en train d’être formés pour un bon comportement éthique et moral, basé sur les principes édictés par les règles internationales de l’observation électorale » car, certains de leurs membres peuvent « être amenés à collaborer avec d’autres observateurs internationaux qui pourront les interpeller sur certaines notions de leurs pays mais aussi, des conditions minimales régissant la tenue d’élections libres et démocratiques ». A Rufisque, ils étaient une trentaine d’observateurs à suivre la formation. Pour Thiama Konaté, un autre membre de l’équipe de la formation, « l’implication des membres de la société civile Sénégalaise dans l’’observation de ces élections est un gage de sérieux dans le respect de la souveraineté du pays où se déroulent les élections et des droits fondamentaux des citoyens ». Mais, pour « éviter les conflits d’intérêt politique, économique ou autre, susceptible de nuire à l’exactitude et l’impartialité des observations ou des conclusions », un code de conduite est soumis à chacun des participants. Aussi, pour Jean Marie Diatta, « c’est la raison pour laquelle, la Raddho, bien que membre du collectif, n’est pas impliquée dans ce travail car, ayant déjà des positions publiques affichées dans ces élections ».

Djiby GUISSE


À voir aussi

Assemblée nationale: Pape Dio éjecté

Pape n’est plus le 8e vice-président de l’Assemblée nationale. Il a été remplacé à ce …

« Dog Bumi Gacce » déchire l’arrêté du préfet

Le Front Dog Bumi Gacce maintient sa manifestation prévue ce vendredi 12 octobre 2018 à …