Accueil / Confidences / La surenchère électoraliste de l’opposition : Notre réponse par l’action (Par Hady TRAORE)

La surenchère électoraliste de l’opposition : Notre réponse par l’action (Par Hady TRAORE)

L’opposition a encore sacrifié à la basse coutume qui consiste à s’agiter furieusement à l’approche de chaque échéance électorale. La marche tenue durant la fin de semaine pour prétendre défendre la démocratie relève de cette démarche.

En effet, après une longue léthargie, notre opposition a multiplié ses sorties sans incident sur le cours de l’histoire politique du pays.

En ce qui a trait à la manifestation, on a entendu les ténors de l’opposition épiloguer sur le processus électoral et la rétention des cartes d’électeur, entre autres. Ils ont ainsi alimenté cet interminable procès d’intention fait au Président Macky Sall, « soupçonné » de vouloir faire un « hold up électoral ». Ils nous entraînent, pour cela, dans la distraction qui consiste à ériger en priorités des banalités tout en mettant sous le boisseau les vraies priorités du moment.

Aussi faut-il rappeler que, suite à la débâcle aux législatives de 2017, les responsables de l’opposition avaient crié sur tous les toits du monde en demandant l’audit du fichier électoral.

C’est pourquoi le Président de la République, conscient que la démocratie est une construction dynamique, a accédé à la demande de l’opposition, mettant ainsi sur pied le Cadre de concertations sur le processus électoral dirigé par une personnalité neutre.

Refuser, aujourd’hui, la main tendue du Président de la République, c’est se mettre en posture de refus de l’audit du fichier afin d’instrumentaliser la question à des fins électoralistes à défaut d’un programme politique clair.

En vérité, cette revendication relève plus de la psychanalyse que de la politique puisque tous les points de revendication exposés par l’opposition sont pris en charge par le Cadre de concertations sur le processus électoral.

Certes, la démocratie suppose l’existence d’une opposition qui doit non pas détruire pour détruire mais contribuer au renforcement de la démocratie et apporter également sa pierre pour la construction de l’édifice Sénégal.

En revanche, les Sénégalais qui ont investi le Président Macky Sall de la plus haute charge ne sont pas prêts d’accepter que la minorité politique leur impose un agenda politique dont le soubassement est purement électoraliste.

En dépit de cette agitation portée à bout de bras par des gens nostalgiques, ayant à gérer douteusement les biens publics, le Président Macky Sall s’est résolument inscrit dans le temps de l’action. Et rien ni personne ne le détournera de ses objectifs.

Vous et moi savons pourtant que les vraies priorités se rapportent essentiellement à l’émergence « pour un Sénégal de tous, un Sénégal pour tous ».

Les grands travaux de modernisation des infrastructures, l’accès à une éducation de qualité pour nos enfants, la disponibilité des soins de qualité, l’amélioration de la qualité de vie, la lutte contre la pauvreté et la promotion de la bonne gouvernance sont autant de chantiers qui sont érigés en priorité par Monsieur le Président de la République et exécutés en main de maître par son Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne.

En définitive, le Président de la République ne souhaiterait pas voir son élan freiné par des spéculations puériles dont la seule vocation est de confiner notre pays dans une campagne électorale avant l’heure.

Le moment venu, les Sénégalais arbitreront entre ceux qui ne donnent de la voix que pendant la période électorale et ceux qui sont abonnés à l’action.

De toute manière, les résultats obtenus dans le cadre du Plan Sénégal émergent sont très probants et prouvent à suffisance que le Président Macky Sall s’est hissé à la hauteur de l’exigence des Sénégalais qui avaient exprimé, à travers leur vote, leur soif de lutter contre la précarité et contre la vie chère, de réduire les inégalités sociales et le chômage, etc.

Par Hady TRAORE 
Coordonnateur fédéral
de la Dse Apr Canada
hadytraore@hotmail.com

À voir aussi

Une paradoxale ambiance de Campagne (Par Momar Seyni Ndiaye)

Le décor d’un scénario Macky-Idy au second tour paraît déjà planté – Idy a tiré …

Hervin Ongenda La galère d’un ancien Parisien: « Le pire joueur que j’ai croisé »

Hervin Ongenda, 22 ans, a quitté le PSG en janvier 2017. Aujourd’hui, l’ancienne grande promesse …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *