Accueil / ACTUALITES / Les syndicats d’enseignants au palais pour négocier avec le Chef de l’Etat

Les syndicats d’enseignants au palais pour négocier avec le Chef de l’Etat

Les négociations entre les syndicats d’enseignant et le gouvernement se poursuivent vendredi soir au Palais présidentiel, a appris l’APS.

Ces négociations étaient entamées dans l’après-midi sous l’égide du Premier ministre Mouhammad Boun Abdallah Dionne.
Les représentants des syndicats d’enseignants vont poursuivre les discussions avec le chef de l’Etat.
Le gouvernement a annoncé mardi que plusieurs nouveaux points d’accord avaient été enregistrés dans ses négociations avec les syndicats d’enseignants, les deux parties ayant notamment convenu de la mise en place d’une task-force chargée de réduire les lourdeurs administratives dans la délivrance des actes d’avancement.
« C’est ainsi qu’une première décision a été prise concernant les lourdeurs administratives dans la délivrance des actes » d’avancement des enseignants, « avec un point d’accord précis de la simplification des procédures qui se décline par la mise en place d’une Task force pilotée par le ministère de la Fonction publique », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye.
Il s’adressait à des journalistes, mardi soir, à Dakar, à l’issue d’une rencontre avec des représentants des syndicats du secteur de l’enseignement regroupés au sein du G6 ((SAEMS, CUSEMS, SELS, SELS/A, l’UDEN et le SNEELAS/FC).
Cette réunion, sous la présidence du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, avait pour but de « trouver des accords pour vider les instances à travers un suivi rapproché des décisions assorties d’un échéancier », a expliqué M. Guèye aux journalistes.
Selon lui, un deuxième concernant les questions de validation des années de vacatariat et de contractualisation, avec la décision de maintenir le système de la voie hiérarchique. « Mais, pour tous les autres actes, l’intervention à travers un guichet unique et la possibilité pour les syndicats de déposer a été consignée comme une décision de la réunion d’aujourd’hui », a indiqué Seydou Guèye.
S’agissant du troisième point, portant sur la formation diplômante des instituteurs adjoints déjà accomplie aux deux tiers, décision a été prise de procéder à l’extinction de ce corps à travers deux cohortes de formation.
Seydou Guèye a annoncé qu’un séminaire d’évaluation de cette formation sera organisé à cet effet en avril prochain.
Concernant les prêts DMC, désignant les prêts sans intérêts accordés par la Direction de la monnaie et du crédit, ils devraient être effectifs fin mars et publiés fin mars sur la plateforme du ministère de l’Economie des Finances et du Plan, selon le porte-parole du gouvernement.
Pour ce qui est du cinquième point, qui concerne l’habitat social, il a annoncé une rencontre, « vendredi prochain, dans la matinée », autour du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, laquelle va porter sur « les zones non encore viabilisées ».
Pour celles qui ont été viabilisées, le ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, « procédera à la remise des extraits de plans cadastraux avec des visites à organiser sur les sites », a-t-il signalé.
Seydou a par ailleurs annoncé qu’un projet de décret portant création du certificat d’aptitude aux fonctions de professeur de sport et d’éducation physique de collèges d’enseignement moyen sera soumis au prochain Conseil des ministres pour examen.
Les deux parties prévoient par ailleurs de se rencontrer à nouveau vendredi, pour discuter de questions en suspens, dont celles concernant l’indemnité de logement, le corps des administrateurs scolaires et les parcelles professionnelles.
Selon Seydou Guèye a également évoqué une réunion technique relative à la gestion des volontaires et vacataires concernant leurs cotisations à l’IPRES, l’Institut de prévoyance retraite du Sénégal.
Ace sujet, « il a été demandé au ministre de la Fonction publique, dans le cadre de l’efficacité de cette disposition à faire pour vendredi, une expression des besoins en termes de soutien et de support logistique pour pouvoir vider tous les dossiers en même temps », a noté Seydou Guèye.

À voir aussi

Justice : Seuls 484 magistrats et 333 greffiers au Sénégal

Le Sénégal manque de magistrats. Ils sont 484 pour 15 millions d’habitants.  « En octobre 2017, …

Dangote: Le torchon brûle

Le torchon brûle à nouveau entre les travailleurs de la cimenterie Dangote et la Direction …