Accueil / International / Syrie: la Russie propose une évacuation aux rebelles de la Ghouta orientale

Syrie: la Russie propose une évacuation aux rebelles de la Ghouta orientale

La situation dans la Ghouta orientale en Syrie fait toujours la Une ce mardi. La résolution de l’ONU exigeant une trêve humanitaire de 30 jours votée le 24 février reste lettre morte et l’offensive terrestre et aérienne des troupes de Bachar al-Assad sur l’enclave rebelle se poursuit. Au moins neuf civils ont été tués et une quarantaine d’autres blessés indique ce mardi l’OSDH. L’offensive a d’ailleurs obligé le premier convoi d’aide qui a pu se rendre sur place à écourter ses livraisons de nourriture et de médicaments. Face aux bombardements syriens, il a été contraint de rapidement rebrousser chemin lundi soir. Alors comment soulager les 400 000 habitants de la Ghouta qui vivent sous les bombes ? La Russie a fait une nouvelle proposition ce lundi matin : une évacuation de tous les rebelles syriens retranchés dans l’enclave.

Dans un communiqué, le ministère russe de la Défense se dit prêt à garantir l’évacuation des rebelles de la Ghouta et de leurs familles, en leur accordant «l’immunité» et en permettant aux combattants de conserver leurs armes.

De telles évacuations ont déjà eu lieu ces dernières années en Syrie. A Homs ou à Alep, des rebelles assiégés ont pu bénéficier de «portes de sortie» ouvertes par le régime et ses alliés. C’est la province d’Idleb, dans le nord du pays, qui accueilli la plupart des combattants et des civils évacués lors de ces opérations.

L’un des groupes rebelles de la Ghouta a déjà répondu «non» à la proposition russe, fustigeant un projet de «déplacement forcé de la population». Rappelons que la Russie a voté il y a dix jours en faveur d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.

L’aide humanitaire n’a pas pu être livrée

Adopté à l’unanimité ce texte prévoit un cessez-le-feu -qui n’est pas respecté-, un accès humanitaire -toujours très difficile comme on l’a vu hier avec le convoi de l’ONU: les camions ont finalement dû abréger leur livraison, face aux bombardements incessants du régime. « Neuf camions des Nations unies ont dû repartir sans avoir déchargé leur cargaison. Ils sont repartis à cause des bombardements russes, témoigne Oussama Al Omari, militant de l’opposition syrienne qui habite la Ghouta. Et alors que la délégation des Nations unies, se trouvait encore dans la Ghouta Orientale il y eu 90 morts. C’est honteux ! De plus le régime a refusé l’accès aux camions qui transportaient de l’aide médicale, ils ont dû abandonner leur cargaison à l’entrée de la Ghouta. Seul le passage de l’aide alimentaire a été autorisé ».

40% du territoire de la Ghouta orientale sous contrôle du régime

La résolution 2401 exige aussi des évacuations sanitaires pour les malades et les blessés qui en ont besoin mais le document ne mentionne nulle part l’évacuation des combattants et de leurs familles…

« Par ailleurs la situation est inchangée, poursuit Oussama Al Omari, il y a toujours des bombardements sur les différentes villes de la Ghouta. Les rebelles tentent de se réorganiser sur le terrain. Ils tentent de reprendre toutes les positions qu’ils ont perdues durant ces derniers jours. »

Selon l’OSDH, l’Observatoire syrien des droits de l’homme, le régime syrien a repris le contrôle de 40% de l’enclave.

À voir aussi

Gilets jaunes: Un 4ème mort

Blessée dans son appartement de par un tir de grenade lacrymogène, une femme de 80 …

Gilets jaunes : les chefs des grands partis reçus à Matignon

Édouard Philippe reçoit lundi les chefs des grands partis politiques pour tenter de trouver une …