Accueil / ECONOMIE / SYSTÈME QUALITÉ AU SENEGAL- Un programme ambitieux pour les consommateurs

SYSTÈME QUALITÉ AU SENEGAL- Un programme ambitieux pour les consommateurs

 Le Sénégal a célébré, hier, la journée de promotion de la marque nationale de certification.

Face à la mondialisation des échanges commerciaux, il est crucial pour les producteurs de la zone de l’Afrique de l’Ouest de mettre un accent particulier sur la qualité de leurs produits afin de bénéficier d’un avantage concurrentiel. C’est ce qui ressort de  la journée de promotion de la marque nationale organisée, hier, à Dakar. À cet effet, l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI) a tiré  un bilan satisfaisant du Programme système qualité de l’Afrique de l’Ouest (PSQAO).  Le coordonnateur technique national dudit Programme système a relevé que la trentaine de laboratoires compétents dans la sous-région permettent, aujourd’hui, de réaliser les analyses exigées à l’exportation, notamment sur les produits alimentaires en faisant jouer des synergies inter-pays. « Il y a une meilleure prise en compte de la culture qualité au niveau du secteur public avec 17 laboratoires publics parmi les 33 laboratoires accrédités », a souligné Aboubacry Baro. Dans le domaine de l’inspection, il signale la quarantaine d’inspecteurs phytosanitaires formés aux lignes directrices des guides d’hygiène, les 25 inspecteurs par pays sensibilisés à la norme ISO 17020 (exigences en matière de compétences des organismes procédant à des inspections) ou encore les 16 inspecteurs sanitaires et phytosanitaires formés au cours d’un atelier régional.

Cependant, le Sénégal ne dispose toujours pas d’une politique nationale de qualité. Pire encore, il a été décelé beaucoup de manquements qu’il conviendra de relever pour la mise en place de cette infrastructure de qualité. Parmi ces maillons faibles de la chaîne, l’expert à l’Onudi liste l’absence « d’étalons nationaux raccordés au système international d’unité ». Ce qui fait que, dit-il, toutes les « entreprises qui ont cette exigence sont obligés de se faire étalonner par des laboratoires étrangers ». Le représentant de l’Onudi, Victor Djemba, embouche la même trompette estimant que dans ce contexte de libre échange où les barrières tarifaires et non tarifaires sont récusées, la qualité des biens et services devient le gage de l’accès aux marchés et un déterminant essentiel de la compétitivité des entreprises.  De l’avis du Secrétaire général du ministère de l’Industrie et des Mines, Mamadou Diop, notre pays a opté pour la libre circulation des biens et des services tout en veillant à leur qualité afin de préserver la santé des populations. « Tout cela pose la question encore problématique de la qualité des produits locaux comme importés », fait-il savoir.

Mouhamadou BA

À voir aussi

Yérim Sow gagne le marché de la Gestion du Cargo village de l’AIBD

REWMI.COM- Le Groupe Teyliom, investisseur de référence en Afrique de l’Ouest, est devenu, avec le …

Partenariat Sénégal/Indonésie : Un nouveau réseau ferroviaire en vue

REWMI.COM- Les gouvernements Sénégalais et Indonésien sont en pleine négociation pour la construction du réseau …