Accueil / Uncategorized / Le Sytjust s’en prend aux «ersatz» de greffier

Le Sytjust s’en prend aux «ersatz» de greffier

Les menaces de Macky n’ont pas trouvé écho chez le syndicat des travailleurs de la justice. Le Sytjust s’en est violemment pris à certains juges qu’il accuse de prendre «la liberté de violer sans pudeur la loi en faisant abusivement et illégalement recours au greffier ad hoc pour tenir des audiences de substitution lors des grèves observées par les travailleurs de la Justice. « Ces juges peu soucieux du respect de la loi, se font assister par des greffiers ad hoc pour tenir des audiences en matière civile, commerciale ou sociale », peste le Sytjust dans une note dont nous détenons copie. Le Sytjust rembobine : «Or, si ce palliatif de greffier est légalement prévu en matière pénale, et seulement au niveau des tribunaux d’instance et de grande instance, son assistance aux audiences n’est prévue dans aucune autre matière. Dès lors, tenir des audiences en matière civile, commerciale ou sociale avec l’assistance d’un greffier ad hoc, est une grave violation de la loi sur fond d’usurpation de fonction, d’actes judiciaires non authentiques et de faux.»

Selon le Sytjust, ces audiences de façade sont de vaines tentatives de néantisation de la lutte des travailleurs de la Justice. « Malheureusement, elles renvoient l’image d’une Justice préfectorale hautement instrumentalisée, de plus en plus décriée par une importante opinion publique. » « C’est l’œuvre de carriéristes qui voudraient faire de la précarité des travailleurs de la Justice un ascenseur social à grande vitesse », rumine le Sytjust. Qui ajoute : «Cette forfaiture a des conséquences désastreuses sur le droit des justiciables d’obtenir de décisions de Justice ou d’exercer des recours qui, le plus souvent, sont initiés par actes de greffiers. En effet, ces ersatz de greffier n’assurent pas le travail administratif ou judiciaire d’après audience qui aboutit à la disponibilité des décisions rendues à l’occasion de ces audiences irrégulièrement tenues. Des centaines, voire des milliers de décisions demeurent indisponibles ou introuvables, au grand dam des justiciables parce que certains juges avaient tenu ce genre d’audiences lors des grèves antérieurement observées par les travailleurs de la Justice. Les travailleurs de la Justice condamnent ces actes qui n’honorent pas la Justice et qui renforcent les suspicions de manque d’indépendances de plus en plus manifestées par une importante frange de la population.»

À voir aussi

Zone orientale: 11 arrestations, 12 mini-chaînes, 2 téléviseurs Led, 6 climatiseurs portables saisis

Le 31 janvier dernier, la gendarmerie a initié une série d’opérations de sécurisation dans plusieurs …

Thiès : la caravane de Madické Niang fait plusieurs blessés

Le chauffeur du candidat Madické 2019 a fait marche-arrière et blessé plusieurs personnes, hier à …