telechargement-9

TABAGISME PASSIF L’énigme du cancer des poumons des non-fumeurs

La ligue sénégalaise contre le tabac a organisé, hier, une conférence de presse pour sensibiliser la population sur le cancer des poumons. A l’issue de cette rencontre, les experts en la matière ont démontré que le tabagisme passif, comme inhalation involontaire, est l’une des causes les plus dangereuses de ce type de cancer.

 Le tabagisme passif consiste à inhaler, de manière involontaire, la fumée dégagée par un ou plusieurs fumeurs. La fumée est donc extrêmement nocive pour le fumeur, mais l’est également pour le non-fumeur qui respire la fumée de cigarette répandue dans l’atmosphère. Le tabac étant la première cause de cancer des poumons, touche également de plus en plus de non-fumeurs. En effet, le tabagisme passif affecte 80% de la population, a révélé le chef du projet No Smoke Revolution de NELAM services, Malika Touré, soulignant que le cancer des poumons tue 600 mille personnes par an dans le monde.

Embouchant la même trompette, le Docteur Aboul Aziz Kassé a révélé que onze cas de cancer des poumons, dus au tabagisme passif, ont été enregistrés dans un hôpital de la place. ‘’Ils ont tous perdu la vie’’, a-t-il souligné, non sans préciser que ces derniers ont eu la malchance de travailler dans un endroit où les gens fumaient. Toujours est-il que selon le cancérologue, il y a d’autres cas encore plus graves. Des femmes en contact avec leurs maris fumeurs ont fini par développer le cancer des poumons avant de rendre l’âme. Au-delà des décès causés par le tabagisme, s’ajoutent les pertes économiques du pays. Le président de la Ligue sénégalaise contre le tabac (Listab) de révéler que les décès causés par ce type de cancer est une perte de productivité pour l’Etat du Sénégal. Selon lui, les fumeurs atteints par cette grave maladie meurent même avant l’âge de la retraite.

Une maladie latente

Pour mieux sensibiliser les populations, le cancérologue explique que la maladie ne se manifeste qu’à un certain stade et c’est l’accumulation des cellules qui finit par faire une tumeur. Celles-ci peuvent se développer dans les poumons, sans signes ni symptômes, ainsi la personne ne sentira pas la nécessité d’aller se faire consulter. Cependant, le Docteur de rappeler « le scanner est le moyen de diagnostiquer ce type de cancer et peut les voir qu’à partir d’une certaine taille et en ce moment même, les cellules peuvent être disséminées ». Dans de telles circonstances, dit le cancérologue, il serait très difficile d’effectuer une opération car la tumeur a déjà donné des maladies comme la bronchite chronique, entre autres. « Les statistiques ont montré qu’on ne guérit les tumeurs à moins d’un centimètre sans envahissement de ganglions », précise-t-il. «L’on peut plus guérir un patient lorsque la maladie arrive à un niveau où on peut plus rien faire », se désole Docteur Abdoul Kassé. Dans le cadre de l’éradication d’un tel fléau, de nouvelles stratégies sont annoncées comme les thérapies ciblées, les luminothérapies qui sont des formes de traitement et les résultats seront connus d’ici 5 à 10 ans. Le Docteur réaffirme que l’on ne guérit pas le cancer des poumons au Sénégal. En sus de ses effets nocifs, le traitement  de la maladie coûte cher. « Le cout varie de 3 millions cinq cents à 45 millions », informe le cancérologue.

Ce phénomène allant crescendo n’est pas un problème d’ordre individuel, mais plutôt économique. Cette perte, d’après le Docteur, malgré leurs capacités intellectuelles, les jeunes fumeurs meurent au moment de la transmission de leur savoir à une nouvelle génération.  Pour éviter la propagation du cancer des poumons, ce membre de la partie civile déclare que les décrets de la loi anti-tabac, qui datent de 2014 et signés en 2016, doivent être appliqués dans toutes leur forme et que celle-ci doit impliquer le changement de comportement des individus. Autrement dit, les populations doivent s’approprier les changements politiques pour pouvoir effectuer le changement de comportement. Le juriste, Mame Bamba Sagna, lui emboite le pas, souligne quele ministère doit mettre en œuvre son programme national afin de sensibiliser davantage les populations.

Safiyatou Diouf

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *