Accueil / ECONOMIE / tafsir mbaye, directeur de la microfinance :«Il y a un objectif de solidarité qui est recherché au niveau des institutions financières et c’est fondamental»

tafsir mbaye, directeur de la microfinance :«Il y a un objectif de solidarité qui est recherché au niveau des institutions financières et c’est fondamental»

« La micro-finance dans l’Islam partage certains points avec ce que nous avons l’habitude de faire dans nos pays respectifs. Sur le plan moral, ces deux systèmes partagent des valeurs sociales et il y a un objectif de solidarité qui est recherché au niveau des institutions financières et c’est fondamental. ». C’est du moins la forte conviction qu’en a le directeur de la micro-finance au Sénégal, M.Tafsir Mbaye.
La micro-finance au Sénégal et le financement islamique ont plusieurs points en commun. Les principes incitant à la répartition des risques, les droits ou devoirs de chacun, les droits de propriété Et l’inviolabilité des contrats sont tous inclus dans le code islamique qui est le principe fondamental du système financier.

Afin de définir les lignes d’un dialogue stratégique pour partager des expériences des pays et institutions et identifier, de manière intégrée les principaux défis des différentes composantes de l’industrie pour favoriser des échanges et partenariat, un forum sur le développement de la micro-finance a été organisé, dans le cadre de la 32ème réunion annuelle de la Bid. Lors de cette rencontre qui portait précisément sur le développement du secteur financier islamique, M.Mbaye s’est appesanti sur les similitudes entre la micro-finance au Sénégal et celle islamique. De l’avis de celui-ci, hormis le premier aspect cité plus haut, le partage des risques est un autre point non négligeable que l’on retrouve partout. Parce que, dit-il, pour mettre en place un dispositif cohérent assis sur des principes de viabilité, il est certain que le partage des risques n’est pas à écarter.

Des débats sur les initiatives et challenges pour le développement de la microfinance islamique ont été d’un grand apport aux deux pays. Et, il a été noté plusieurs points sur lesquels les deux systèmes se recoupent. La microfinance est un excellent dispositif pour lutter contre la pauvreté. Les familles, nous dit-on à revenus modestes utilisent les services financiers pour accroître leurs revenus, bâtir leurs actifs et se protéger contre les chocs financiers. Ce forum du conseil des services financiers islamiques avait pour ambition de fournir une plate-forme pour définir les lignes d’un dialogue stratégique. Parmi les autres points développés, le taux d’intérêt. Pour le directeur de la planification au Sénégal, c’est un point assez important dans la mesure où son application diffère d’un pays à un autre. Et cela, suivant les fondements sur lesquels ces pays s’inspirent pour établir leur système financier.


À voir aussi

Ecosystème marin : Les scientifiques sénégalais appelés à jouer leur partition

L’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) a réuni, depuis hier à Dakar, …

Industrialisation de l’Afrique : Akinwumi Adesina mise sur la formation professionnelle et technique

Le Président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a présidé hier …