Accueil / ACTUALITES / TAXAWU ASKAN WI DE CHEIKH MOUHAMED NIASS Contre le «Ndigueul religieux» et la candidature de Wade

TAXAWU ASKAN WI DE CHEIKH MOUHAMED NIASS Contre le «Ndigueul religieux» et la candidature de Wade

Le chef religieux, Mohamed Niass, fils de Cheikh Omar Niass de la famille Niassene de Kaolack, s’est prononcé, hier, en tant que citoyen, sur des questions d’actualité. C’était lors d’une conférence de presse qu’il a tenue et au cours de laquelle la question de la candidature de Wade et Ndigueul électoral ont été évoqués.
Pour le leader de l’association pour la solidarité Jappo Takhawu Askan wi, se prononcer sur la situation politique et économique nationale est un impératif pour tout homme religieux qui se respecte. Il est d’avis que son association, vu la mauvaise situation du pays, a décidé d’être le porte étendard des citoyens sénégalais et la voix du peuple. Evoquant la candidature du Président Wade, M. Niasse est formel: «cette troisième candidature, qu’elle soit légale ou irrecevable, pose le problème de l’âge avancé du Président et de la morale». Le leader religieux de révéler, «en tant qu’esprit éclairé et homme averti», avoir requis l’avis de constitutionalistes pour qui, les interprétations sont divergentes.

A propos du problématique ndigueul des chefs religieux pour la réélection de Wade en 2012 qui risque de soulever des contestations, le Cheikh, reconnaissant la présence lancinante de cette question chez beaucoup de Sénégalais, de dire: «parler de Ndigueul, au 21ème siècle, pour élire un Président, serait un manque de respect à l’intelligence des Sénégalais, au moment ou l’on aspire à accéder au stade de démocratie avancée». Pour Cheikh M. Niass, on doit laisser le choix à chaque citoyen de voter librement pour le candidat de son choix.

Mamadou DIOUF


À voir aussi

Un kankourang se fait prendre par la Police !

Une scène insolite qui s’est déroulé il y a quelques jours et la vidéo est …

Sexe contre notes: Serigne Mbaye Thiam répond à Human Rights Watch

La réplique n’a pas tardé. Aussitôt après la sortie du rapport de Human Rights Watch …