31 octobre, 2014
Accueil » ACTUALITES » Télégrammes confidentiels de l’ambassade de France à Dakar exploités par le Canard Enchaîné : Jean-Christophe Rufin vilipende le régime de Wade
Télégrammes confidentiels de l’ambassade de France à Dakar exploités par le Canard Enchaîné : Jean-Christophe Rufin vilipende le régime de Wade

Télégrammes confidentiels de l’ambassade de France à Dakar exploités par le Canard Enchaîné : Jean-Christophe Rufin vilipende le régime de Wade

Venir en aide au Sénégal sans lui demander de réformer profondément son système politique reviendrait à fournir à un toxicomane la dose qu’il demande mais le conduit un peu plus sûrement vers sa fin. Ces propos seraient tenus, d’après l’hebdomadaire satirique français le Canard Enchaîné, par Jean-Christophe Rufin dans un télégramme confidentiel adressé au président Sarkozy.

Source : Walf Fadjri

(Correspondant permanent à Paris) – Même si le ministère des Affaires étrangères dément la demande de rappel de l’Ambassadeur du Sénégal à Paris, les propos contenus dans des télégrammes de l’Ambassadeur de France à Paris et attribués à Jean-Christophe Rufin, par le Canard Enchaîné ne sont pas complaisants vis-à-vis du président de la République du Sénégal. Dans l’article intitulé : ‘Le président du Sénégal sous perfusion élyséenne’, l’hebdomadaire satirique français fait dire à Rufin que ‘le Sénégal connaît une situation financière extrêmement critique’. Et même si le président sénégalais réclame ‘une intervention de sauvetage’, selon le Canard Enchaîné, le diplomate français a écrit dans un télégramme confidentiel que l’aide financière de la France devait être conditionnée. ‘L’Ambassadeur d’expliquer pour quelles raisons il déconseille une aide française massive’ si l’on ne formule pas ‘des exigences très fermes’ et ‘l’ouverture d’un vrai dialogue avec l’opposition’ sénégalaise. Comme si lorsqu’il signait l’accord ces derniers temps, il le faisait à contrecœur.

En tous les cas, si l’on en croit au journal satirique, le diplomate français ne s’est pas arrêté à poser des conditionnalités dans ses télégrammes confidentiels. Il a fait le diagnostic de l’action économique des autorités sénégalaises. ‘Aux mauvaises décisions économiques’, affirme-t-il, ‘s’ajoute un mystère’ sur ‘la destination des fonds’, a écrit le Canard. Comme si l’argent octroyé au Sénégal est détourné de son objectif. Dans sa critique du régime libéral, Jean-Christophe Rufin n’a pas eu de réserve dans ses télégrammes rapportés par l’hebdomadaire bipède. Même les voyages ainsi que les projets du chef de l’Etat n’ont pas été en reste. Mieux, écrit Le Canard Enchaîné, ‘le président multiplie des voyages planétaires (…) et lance des projets somptuaires tels que la statue géante construite actuellement par les Nord-Coréens, dans un inimitable style KimII-Sung, pour la somme de 14 millards de francs Cfa (21,3 millions d’euros’.

En outre, le mode de communication du président de la République n’a pas été épargné par le diplomate français. Il semble s’en plaindre dans ses télégrammes adressés à Nicolas Sarkozy et son ministre de tutelle, Bernard Kouchner. Dans l’un d’eux, il écrit, rapporte le journal satirique : ‘Le président Wade et son fils dispose de canaux de communication privilégiés de nature ‘privé’ avec le président Sarkozy’. A quoi lui répond le Canard : ‘Exact, et Rufin feint d’ignorer que c’est une aimable tradition en ‘Françafrique’. La preuve : le 18 décembre, à la demande de Sarko, l’Agence française de développement a accordé un prêt à fonds perdus de quelque 300 millions d’euros au Sénégal. Malgré l’avis défavorable de Rufin (Jean-Christophe, Ndlr)’.

Selon l’hebdomadaire qui a déniché le lièvre, ‘en conclusion de ces deux télégrammes, il (Jean-Christophe Rufin, Ndlr) avait trempé son stylo dans l’acide : ‘venir en aide au Sénégal sans lui demander de réformer profondément son système politique reviendrait à fournir à un toxicomane la dose qu’il demande mais le conduit un peu plus sûrement vers sa fin’. Qui est ‘toxicomane’ ? Qui va inexorablement vers la ‘fin’ ? A chacun de spéculer, même si dans la phrase, il s’agit du Sénégal.

Après les ‘Dérapages’ de RUFIN : Wade demande à Sarkozy un diplomate plus supportable, selon le Canard Enchaîné

C’est en ayant probablement eu vent de toutes ces critiques attribuées à Jean-Christophe Rufin, que le Canard Enchaîné informe que le président de la République a demandé le rappel de l’ambassadeur français. ‘Le président Wade ne peut plus voir en peinture l’ambassadeur Jean-Christophe Rufin. Il a demandé à Sarkozy de le rappeler à Paris et de nommer à Dakar un diplomate plus supportable’, écrit dès l’attaque de l’article le Canard.

Pourtant, selon ce dernier, le diplomate français avait tout pour plaire à Wade. ‘Ancien président de l’Ong Action contre la faim, Prix Goncourt, puis élu à l’Académie française…’. Avant se poser ces questions : ‘Rufin s’est-il montré trop bavard à Dakar ?’, en faisant allusion à la dernière sortie de l’ambassadeur qui a amené la riposte de la vice-présidente du Sénat du Sénégal, Mme Sokhna Dieng Mbacké. ‘Ou alors le président Wade et son fils Karim, souvent reçus avec sympathie, ont-il eu vent de ce que pense Rufin de leur façon de diriger le Sénégal ?’, ‘Et du contenu de certains télégrammes (traités dans l’article, Ndlr) que le diplomate français adresse à Sarkozy et à Kouchner ?’ A ces différentes questions, l’hebdomadaire satirique français donne sa langue au chat en soutenant qu’ ’on ne saurait dire…’.

Et du côté des autorités françaises, difficile d’accrocher un officiel à cause de la fête de la nativité qui est une journée chômée et payée en France, comme dans la plupart des pays à travers le monde. Mais la veille, l’Agence france presse (Afp) a pu glaner quelques informations. Selon l’Afp, ‘l’Elysée a répondu qu’il n’avait ‘rien à dire à ce sujet’. ‘C’est le Quai d’Orsay qui gère’. Une manière de se décharger sur les services de Bernard Kouchner. Interrogé par l’Afp, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Eric Chevallier, a déclaré que ‘le Quai n’a reçu aucune demande de cette nature’. ‘Nous menons, notamment grâce à notre ambassadeur, un dialogue régulier et constructif avec le Sénégal’, a-t-il ajouté, rapporte l’Agence france presse. Même démenti du côté du ministère des Affaires étrangères du Sénégal.