SOCIETE

TENTATIVE DE VIOL SUR YAMA Le présumé violeur de l’animatrice de la Sen Tv risque 5 ans de prison ferme

  • Date: 5 octobre 2016

Mame Penda Guissé, alias Yama, animatrice à la Sen Tv, et le jeune Guinéen, Amadou Diallo, ont soldé leurs comptes, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. En effet, l’animatrice de l’émission « Racc » reproche au prévenu de tentative de viol. Le procureur a requis 5 ans de prison ferme et l’affaire a été mise en délibéré pour le 11 octobre prochain.

Le jeune Amadou Diallo encourt 5 ans de prison ferme. C’est dans l’affaire de la tentative de viol que lui reproche Mame Penda Guissé, alias Yama, de la Sen Tv. A la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, les deux protagonistes ont soldé leurs comptes. Plaignante dans ce dossier, Yama a soutenu qu’elle a fait la connaissance de Amadou Diallo parce qu’ils devaient de discuter des termes d’un contrat. C’est sur ces entrefaites qu’elle l’a invité dans son appartement pour échanger tranquillement. Selon l’animatrice de la Sen Tv, le jeune Guinéen lui a demandé de lui servir un verre d’eau pour étancher sa soif. Lorsqu’elle s’est levée pour aller lui chercher de l’eau, celui-ci l’a neutralisé avec l’aide d’un couteau. Il a passé son bras autour de son cou avant de demander à la dame d’ôter son pantalon. Sous le coup de la peur, Yama a enlevé son pantalon et le Guinéen a commencé à frotter son sexe sur ses fesses. Pis, il a tenté de la pénétrer, mais en vain. Ils sont tombés, par la suite, sur le lit mais rien ne s’est passé si on en croit Yama. Ainsi a-t-elle commencé de crier au secours.

Cependant, les allégations de l’animatrice ont été balayées d’un revers de main par le prévenu selon qui, la dame était belle et belle partante pour une partie de jambes en l’air. Mais auparavant, explique Amadou Diallo, il a contacté Yama pour les besoins de couverture du mariage de son cousin. Ils sont tombés d’accord sur la somme de 300.000 francs. Il a également indiqué qu’il était un de ses fans de et a toujours éprouvé le sentiment de coucher avec elle.

La partie civile réclame un million à titre de dommages et intérêts

Ainsi ont-ils fixé un rendez-vous à la Sen Tv, le 21 septembre dernier. Au sortir de cet entretien, un autre a été programmé pour le lendemain, mais cette fois-ci dans l’appartement de la plaignante. S’exprimant à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, le Guinéen a soutenu qu’il avait refusé d’entrer dans l’appartement parce qu’il y avait beaucoup de monde. Mais il est revenu encore le lendemain et sur place, il a trouvé une petite fille. Cette dernière a quitté les lieux quelques minutes plus tard. « Lorsque je suis entré dans la pièce, j’ai clairement dit à Yama que je n’avais pas de cérémonie mais que je voulais juste coucher avec elle. Yama m’a dit qu’elle serait d’accord que lorsque je lui remettrais les 300.000 francs après l’acte sexuel », a-t-il révélé. Lorsqu’ils sont tombés d’accord sur le prix, Yama lui a remis un préservatif et comme il n’était pas en érection, indique-t-il, l’animatrice lui a tripoté le sexe. Ils ont fini dans le lit mais l’animatrice aura, après l’acte sexuel, la surprise de sa vie. En effet, l’enveloppe ne contenait aucun sou. Ce a mis la dame dans tous ses états et elle a commencé à crier au voleur. Pour sa part, l’avocat de la partie civile a déclaré que le mis en cause est coutumier des faits. Sur ce, il a demandé au tribunal de le déclarer coupable avant de demander un million de nos francs à titre de dommages et intérêts. La robe noire sera confortée dans sa plaidoirie par le maître des poursuites selon qui, Amadou Diallo a été condamné à 6 mois de prison à Tivaouane pour une affaire d’abus de confiance. Et avant-hier pour les mêmes faits, objet de la prévention. Ainsi, a-t-il requis 5 ans de prison ferme contre lui. Toutefois, il faudra attendre jusqu’au 11 octobre prochain, jour du délibéré, pour connaitre la suite de cette affaire.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15