Accueil / ECONOMIE / TER : L’Etat et ses adjudicataires des marchés divisés sur le choix des traverses.

TER : L’Etat et ses adjudicataires des marchés divisés sur le choix des traverses.

L’Etat du Sénégal et certains adjudicataires des marchés du TER ne s’entendent pas sur le choix des traverses. Si l’Apix opte pour les monoblocs, ses exécutants  eux préfèrent les biblocs.

Un désaccord et né entre l’Etat et des adjudicataires. Selon l’Observateur,  l’Apix opte pour les monoblocs, qui ne sont fabriqués qu’à l’étranger, tandis les exécutants en question penchent pour les biblocs, qui présentent les mêmes caractéristiques techniques que les monoblocs, selon des spécialistes cités par le journal, avec l’avantage supposé de pouvoir être conçus au Sénégal.

Depuis quelques jours, poursuit le quotidien, les responsables de l’Apix et de Tso, qui a remporté le lot 3 des marchés du TER, s’échangent des courriers sur le sujet. Toujours est-il que les premiers veulent importer les 300 mille traverses monoblocs nécessaires pour le fonctionnement du TER. Toutefois, les seconds estiment : » de telles importations seraient inopportunes. Leur sous-traitant, Trabasen, est spécialisé dans les biblocs. Et le choix de ces types de traverses permettrait de créer des emplois locaux et de désengorger le Port de Dakar.

Safiyatou Diouf Ndiaye

À voir aussi

Secteur minier 118 milliards FCFA généré en 2015

L’initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) a publié hier son troisième rapport …

Formation professionnelle L’ONFP débourse 8 millions FCFA pour la réinsertion de 14 jeunes de Kolda

Le Directeur général de l’Office national de Formation professionnelle (ONFP), Sanoussi Diakité, a effectué une …

2 Commentaires

  1. Prenez ce qu’il y’a de mieux dans le domaine. Gagner quelques emplois aujourd’hui et perdre en fiabilité avec des risques d’arrêter le train plus tard pour changer des traverses inadaptées n’est pas souhaitable (avec tous les désagréments inhérents à ces arrêts). Le Sénégal risque de voir la confiance de ses partenaires altérée par des choix non appropriés et perdre davantage d’emplois dans d’autres secteurs.
    Nos entreprises doivent s’adapter à ce qui se fait de mieux pour pouvoir rivaliser dans ces secteurs de haute technologie. Sinon elles devront en attendant d’avoir les possibilités de s’adapter continuer à fournir les traverses bi-blocs dans les autres parties du réseau ferroviaire moins exigeants.

  2. Attention, à ne pas perdre trop de temps dans des choix inutiles, qui devraient être gérées par des ingénieurs professionnels du Ter et pas par des commissions de secrétaires incompétents en construction ferroviaire…
    Sans le Ter et ses rails, l’aéroport AIBD est un aéroport perdu au milieu de nulle part !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *