ACTUALITE

Terribles révélations sur la destruction des maisons jouxtant l’aéroport : «Le site a été octroyé à un promoteur pour la construction d’immeubles»

  • Date: 22 juin 2015

 En visite de terrain, ce week-end, sur le site de la Cité Tobago, le patron des rénovateurs, accompagné de Decroix (Fpdr), Oumar Sarr (Pds), Thierno Bocoum (Rewmi), a révélé que le site où les quelques 400 maisons ont été détruites, a été octroyé à un promoteur, pour y ériger des immeubles à usage d’habitation.

 La démolition de plus de 400 maisons ou d’habitations en construction, aux alentours du mur de l’aéroport Léopold Sédar Senghor continue toujours de livrer ses secrets. Une véritable nébuleuse avec son lot de surprises. En effet, dans ce triste décor à la cité Tobago, il y a beaucoup de non-dits. Et l’opposition qui était en visite de terrain, ce week-end sur le site de la Cité Tobago, pour constater de visu les dégâts matériels, a émis un autre son de cloche. De quoi encore raviver la polémique.

Sur les lieux, la Cité porte toujours les stigmates de la démolition initiée par les autorités. Des maisons détruites, il ne reste plus que quelques rares murs qui ont résisté à la furie des engins mécaniques. On affrète des camions ou des charrettes pour charger les meubles. Et dans  cette incompréhension généralisée, des doutes, un questionnement taraude l’esprit de la classe politique opposante. Comment a-t-on pu en arriver là ? Qui a fait reculer le mur ? Qui a cassé l’ancien mur ? Mystère et boule de gomme devant ce problème foncier qui s’est embrouillé dans des dédales presque inextricables.

Mais, les membres du  Front pour la défense de la République en savent apparemment beaucoup plus sur cette affaire qui frise la corruption. Selon le président de l’Union du Renouveau démocratique (Urd), Djibo Leity Ka,  le site a été cédé à un promoteur qui a prévu d’y construire des immeubles. C’est la raison qui explique la démolition de plus de 400 domiciles appartenant à des citoyens sénégalais, a-t-il révélé, non sans préciser que les responsabilités sont partagées dans cette affaire. Mamadou Diop Decroix, embarrassé, indexe insidieusement les autorités aéroportuaires. Qui a fait reculer le mur ? Qui a cassé l’ancien mur ?, s’interroge-t-il, pointant du doigt les autorités aéroportuaires. S’agit-il de terrains vendus par des agents haut placés des Aéroports du Sénégal (Ads) ? En tout cas, de sources concordantes, des agents de la direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation du sol (Dscos) qui étaient censés contrôler les constructions illégales, ont bénéficié de ces terrains, pour fermer les yeux.

Pape Maël Diop, directeur des Ads, lui se lave à grande eau. «Nous ne sommes ni de près ni de loin mêlés à ce problème foncier à l’aéroport de Dakar», se disculpe-t-il. «Quand la  démolition de constructions irrégulières sur le périmètre aéroportuaire a été entamée, nombreuses sont les personnes qui ont pensé à notre projet «un agent-un toit», en croyant que des terrains sont récupérés pour être affectés à nos agents. Il n’en est rien», bat-il en brèche. Une hypothèse que confirme néanmoins Djibo Leity Ka.

Tout récemment, confiaient des sources  de Rewmi, le député El Hadji Diouf va saisir le Gouvernement pour qu’il vienne  s’expliquer devant l’Assemblée nationale sur les démolitions «inacceptables» de maisons situées près de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, à  Dakar. L’Etat doit veiller à ce qu’une enquête judiciaire soit ouverte, a-t-il ajouté, estimant que le préjudice subi par les occupants des maisons démolies doit être réparé.

Mouhamadou BA

 

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15