SOCIETE

TERRORISME DANS LE MONDE El Hadji Fansou Bodian condamne fermement ces ‘’actes barbares’’

  • Date: 6 mai 2016

Depuis plusieurs années le monde est secoué par des attentats et des attaques qui sont pour la plupart attribués à des groupes de terroristes. Des gens qui se réclament de l’islam passent toute leur vie à tuer des innocents prétextant qu’ils font de la « Djihad ». Une attitude que le marabout Fansou Bodian condamne fermement. Le guide religieux de Bignona prône ainsi une guerre sainte basée sur l’éducation et la formation.

Fils d’Arfang Mamadou Kyang Bodian et de Ciré Diémé, El Hadji Fansou Bodian est né vers 1942 à Diégoune, village situé à 16 km de Bignona, dans l’arrondissement de Tendouck. A l’âge de 07 ans, son père l’initie à l’apprentissage du Saint Coran. Pendant ce temps, il exerce le métier de berger à l’image du Prophète Mohamed (PSL). Doué d’une intelligence avérée, le jeune talibé maîtrisa très vite des œuvres telles que le Lakhdary, Asmawya, Moukhadamatou al Izya et Ibnou Mouhaibi à l’âge de 14 ans. En 1961, il achève le Rissala sous l’encadrement de l’éminent Chérif Mouhamed Al Hafize Ben Harech Allawi Aidara de la Mauritanie.

La quête du savoir le conduit d’abord à Bignona puis à Sédhiou où il résida pendant plusieurs années avant de fréquenter l’école franco-arabe de la rue Thiers de Dakar. C’est là qu’il obtient son Baccalauréat en 1964. Son diplôme en poche, le marabout part enseigner l’arabe de 1964 en 1966 à Kathiang puis à Bakau en Gambie. Après ces années d’enseignement, le vénéré poursuit ses études à l’étranger. Elhadji Fansou Bodian, modèle et prêcheur islamique, a ensuite parcouru l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, l’Iran, la Syrie et plusieurs autres pays musulmans pour renforcer ses connaissances islamiques. En Egypte précisément où il a obtenu sa License arabe en 1970. Il a également consacré toute sa vie à l’enseignement de l’islam et à l’observation de ses préceptes tels qu’ils ont été transmis au Prophète Mouhamet (PSL).

Après plusieurs années d’exils marqués par des retraites spirituelles et son passage à l’école du soufisme de Kaolack et de la Gambie, le Marabout est rentré au bercail (Casamance) en 1971 pour vulgariser l’enseignement arabe dans la région naturelle de Casamance. D’ailleurs c’est dans cette dynamique qu’il a mis sur pied plus de 300 écoles d’enseignement arabe à travers la sous-région avec un effectif de plus de 12 650 élèves et près de 500 enseignants. Ce qui forcément contribue au relèvement du taux de scolarisation et participe à la promotion de l’enseignement religieux dans les pays comme le Sénégal, la Gambie et la Guinée Bissau. Nombre de ses Talibés sont aujourd’hui des Imams de mosquées de plusieurs villages du département de Bignona, de la région naturelle de la Casamance mais également à Kaolack, Dakar, en Mauritanie, en France, en Italie etc…

Suite à toutes ces actions faites à l’endroit de l’islam, il sera désigné par ses pairs comme adjoint d’Arfang Insa Coly, imam ratib du département de Bignona d’alors. Le 28 février 1992, il est confirmé à la tête de la grande mosquée de Bignona. Depuis lors, le saint homme n’a cessé de s‘investir pour la paix et la solidarité entre les communautés musulmanes et catholiques. Pour couronner ses œuvres dans le domaine de la promotion de la langue arabe, la Syrie lui décerne en 1999 le diplôme de prêcheur international.
Dans le monde, le constat est unanime. Des gens qui se réclament de l’islam sont à l’origine de la mort de plusieurs êtres humains de toutes les religions révélées. Ces individus posent pour la plupart des bombes dans les lieux publics dans le seul but de tuer des groupes de personnes à la fois. Cette situation écœure le guide spirituel du département de Bignona. Partout où l’occasion se présente, le marabout condamne avec beaucoup de fermeté ces actes qu’il juge ignobles. Pour le saint homme, la seule forme de « Djihad » qui vaille aujourd’hui est celle basée sur l’éducation et la formation. Ces idéologies font de lui un véritable homme de paix et de consensus.

Le guide religieux du département de Bignona est également un véritable pionnier de la paix en Casamance. En effet, depuis l’avènement du conflit armé dans cette partie sud du pays, le marabout s’est fortement impliqué dans la recherche de la stabilité dans la région.
Il a plusieurs fois rencontré les chefs d’Atika dont Salif Sadio, César Atoute Badiate, Kompasse Diatta, Lamarana Sambou, Ousmane Niantang Diatta entre autres. Ce sacrifice du marabout au prix de sa vie et de son honneur n’est simplement qu’un engagement pour une Casamance de paix et de prospérité. Le guide spirituel a toujours soutenu que : «Nul ne peut respecter les piliers de l’islam dans une localité où règne la violence ». Et c’est pour cette raison qu’il n’a jamais cessé de se donner corps et âme pour le retour de la paix en Casamance. Lors de ses prêches, le vénéré marabout a toujours invité les uns et les autres au dialogue, au pardon, à la réconciliation et à l’unité pour une Casamance de paix.

Vu son engagement sur ce dossier, le MDFC de commun accord avec l’Etat du Sénégal le choisissent au côté du Cardinal Théodore Adrien Sarr comme médiateurs dans le cadre des négociations de paix en Casamance. Depuis lors, plusieurs avancées sont notées avec une nette accalmie que vivent les populations de la région sud pendant ces 03 dernières années. Celle-ci est d’ailleurs saluée à sa juste valeur par l’ensemble des observateurs de la crise armée en Casamance. Et malgré ces avancées dont nous faisons état, le marabout poursuit la médiation entre les deux parties. Sa notoriété a fait de lui, le médiateur incontournable de cette crise armée qui hante le sommeil des populations du sud du pays depuis 33 ans.

Abdourahmane Diallo

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15