Accueil / SOCIETE / Terrorisme : JAMRA sollicite la clémence pour Ousseynou Diop

Terrorisme : JAMRA sollicite la clémence pour Ousseynou Diop

4 ans derrière les barreaux sans être jugé, la famille de l’étudiant Ousseynou Diop poursuivi pour apologie du terrorisme a, par le biais de l’Ong Jamra, sollicité la clémence de l’Etat du Sénégal dans cette affaire.

 L’Ong Jamra sollicite la clémence de l’Etat du Sénégal pour le jeune étudiant Ousseynou Diop, incarcéré depuis 4 ans sans jugement pour apologie au terrorisme. Dans un communiqué dont copie nous est parvenue, il est écrit : « brillant étudiant en Mathématiques, Physique et Informatique, classé parmi les 40 meilleurs de la Faculté de Sciences, c’est sa mère Adja Aminata Sall et son oncle El Hadji Khar Séne qui ont directement interpellé Jamra, sollicitant qu’elle fasse entendre sa voix sur le sort pitoyable de ce jeune étudiant qui n’avait que 19 ans au moment des faits qui lui ont valu d’être incarcéré depuis 2015. Pour s’être adonné sur les réseaux sociaux à ce qu’on ne saurait moins qualifier d’enfantillage, son «jeu» a malheureusement pris une tournure inattendue, parce qu’ayant été perçu autrement par les autorités publiques ». S’agissant des faits, c’était au lendemain des attentats de «Charlie Hebdo» que le jeune étudiant avait ainsi commenté sur sa page Facebook (s’adressant notamment à la France) : «Vous ne devez pas oublier ce que vous avez fait avec l’œuvre de Charlie Hebdo, en caricaturant notre cher Prophète (psl). Vous n’avez encore rien vu. Des attentats, il y en aura d’autres» ! Victime d’une erreur de jeunesse (qui n’en a pas commise !), cette «kaff» (plaisanterie de mauvais goût) lui aura déjà coûté quatre bonnes années derrière les barreaux, et toujours sans jugement. Risquant de voir définitivement compromise sa brillante carrière estudiantine, c’est de guerre las que le jeune Ousseynou Diop s’est résolu à entamer une grève de la faim. Le communiqué renseigne que c’est un acte de désespoir qui n’est pas sans risque pour sa santé,désormais précaire depuis qu’une éprouvante maladie l’a récemment terrassé à la prison du Cap-Manuel où il est interné présentement, après un bref passage à la Maison d’Arrêt et de Correction de Rebeuss.

Soucieux de son avenir et inquiet d’avoir déjà perdu quatre précieuses années de sa carrière universitaire, il a maintes fois, depuis sa cellule, exprimé de bonne foi aux autorités qu’il était totalement ignorant que son acte, qui se voulait initialement espiègle, voire ludique, aurait eu une telle portée. Joignant l’acte à la parole, il a fait amende honorable, par voie épistolaire, en se confondant en plates excuses et en sincères regrets auprès du Chef de l’État, du Premier ministre et du Ministre de la Justice, à travers trois correspondances demeurées hélas sans effet. En effet, les Bureaux exécutifs de l’Organisation islamiqueJAMRA et de l’Observatoire de veille et de défense des valeurs culturelles et religieuses, MBAÑ GACCE, expriment leurs soutiens fraternels à cet adolescent en détresse et à sa famille dans le désarroi. Et sollicitent la bienveillante et prompte réaction du Chef de l’État, M. Macky Sall, afin que le destin de ce brillant étudiant, promu à un belle avenir ne soit sacrifié sur l’autel de la hantise sécuritaire, qui aura fait se fourvoyer nombre d’Etats démocratiques, dans leur hâte à «bouffer du jihadiste à tout prix» ! Laquelle précipitation aura suffisamment fait de victimes innocentes outre-Atlantique, pour que notre pays, le Sénégal, daigne s’en inspirer largement pour s’épargner de causer d’inutiles préjudices à ses fils. Comme en atteste à suffisance la jurisprudence Imam Alioune Badara Ndao, finalement acquitté, bien qu’un foudroyant réquisitoire, le diabolisant à souhait, lui eût promis 30 ans de réclusion criminelle, pour «apologie du terroriste» et autres chefs d’inculpation de la même veine ! JAMRA & MBAÑ GACCE réclament solennellement le jugement du jeune étudiant Ousseynou Diop – qui a déjà été suffisamment «sanctionné» – ou sa relaxe pure et simple, s’il y a inexistence de preuve de sa culpabilité.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Le Sytjust dénonce le mutisme de IMF

En sit-in, hier, devant le palais de justice de Dakar, les travailleurs de la justice n’ont …

L’APS renoue avec la grève

L’Agence de Presse sénégalaise (Aps) va renouer avec la grève. Selon le secrétaire général de …