Accueil / SOCIETE / Terrorisme Une simulation d’attaque à Saint-Louis

Terrorisme Une simulation d’attaque à Saint-Louis

La menace terroriste au Sénégal a poussé les autorités à revoir la formation de leurs troupes. Pour ce faire, une simulation d’un réalisme désarmant, mettant en scène la BIP et le GIGN, a été tenue à Saint-Louis.

 Les habitants de la ville de Saint-Louis se souviendront longtemps de la simulation d’attaque terroriste, d’un tel degré de réalisme qu’il a fini par semer la panique.  En tenue de combat et visiblement engagés à mettre la main sur des cibles finalement non identifiées, ces troupes ont sillonné rues et autres artères de la ville, obligeant certaines maisons à se barricader, le temps de comprendre. La simulation s’est déroulée au terme d’un séminaire de formation au profit de Préfets et Gouverneurs de la zone nord du Sénégal. Selon nos confrères de Ndarinfo, la manœuvre a débuté par un assaut de terroristes qui font exploser le pont Faidherbe, provoquant une panique générale à l’entrée du Faubourg de SOR. La destruction de l’ouvrage métallique vise à rendre impossible l’accès sur l’ile pour les forces de défense et de sécurité qui, dans les calculs des assaillants, ne pourront plus se lancer à leurs trousses. Mais, c’est sans connaître la réactivité diligente de la brigade fluviale de la gendarmerie nationale de Saint-Louis. Celle-ci va servir de pont pour les forces spéciales de la police et de la Gendarmerie.  L’intervention de la Brigade d’Intervention Polyvalente (BIP), sous la houlette du Lieutenant Lamdou Ndione, a neutralisé, sans difficulté, les ravisseurs qui, poursuivis depuis l’attaque du pont, se sont retranchés au sein de l’Institut français en prenant en otage la direction et des visiteurs. Ils seront tous libérés par les vaillants policiers de la BIP et remis entre les mains de Sapeurs-pompiers pour bénéficier des premiers soins. Deux (2) terroristes seront abattus, un autre gravement blessé. Les forces spéciales, elles, n’ont enregistré aucune perte humaine ou matérielle. Un second assaut du Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) boucle la boucle de l’intervention. La sécurisation menée par les hommes de l’ombre est alors totale. Après les constats d’usage de la police scientifique, les premiers éléments de l’enquête ouverte ont été livrés au Procureur de la République venu sur place s’enquérir de la situation.

Khady T COLY

À voir aussi

17eme Fesfop- Le comité d’organisation à pied d’œuvre 

La 17ème édition du Festival international de Folklore et de Percussions (Fesfop) de Louga, se …

Construction d’une nouvelle usine d’eau à Keur Momar Sarr Macky lance les travaux le 18 décembre à Thiès

Le Président de la République, M. Macky Sall, lance ce 18 décembre 2017, à Thiès, …