THIAKHAR EXIGE L’OUVERTURE DE SON NOUVEAU CEM

Le concept «oubi Tey Jang Tey»  lancé  par le ministre de l’éducation, Serigne Mbaye Thiam, ne sera pas une réalité dans la localité de Thiakhar, située dans le département de Bambey. Ce sont des herbes sauvages qui accueillent le visiteur qui débarque  dans la cour de cet établissement. La toiture commence  à céder dans l’une des classes. Les murs du collège ne sont pas bien  construits et ne respectent pas les normes sécuritaires, selon Abdou Faye, le Président du conseil local de la jeunesse de Thiakhar. Plus grave encore, les travaux de construction du  collège d’enseignement  moyen démarrés  en  2013, ne sont pas jusque-là terminés. Il y a, en plus, une  cohabitation difficile entre ce collège et l’école élémentaire qui perturbe les enseignements apprentissages, selon Mamadou Niang, le Président de l’association des parents d’élèves de Thiakkhar. «On ne peut pas savoir si on est dans une école primaire ou dans une école secondaire. Les collégiens qui descendent à midi, perturbent souvent leurs cadets du primaire. Ce que nous appelons de tous nos vœux, c’est l’achèvement des travaux de construction de notre  collège. Les élèves se sont joints à la lutte pour exiger l’inauguration dans les plus brefs délais de leur établissement. «Nous, élèves de Thiakhar, réclamons la finition des travaux et l’équipement du CEM de Thiakhar tout en respectant les normes sécuritaires. Tout le monde sait que l’école élémentaire ne peut plus contenir l’énorme effectif  du collège qui augmente chaque année»,  a martelé Pape Ndiaw Fall le porte-parole des élèves. Les populations de Thiakhar menacent  de passer une vitesse supérieure au cas où rien n’est fait.  Elles veulent une seule chose : la reprise immédiate des travaux.

Voir aussi

UN PLAN ÉTABLI POUR ÉVACUER 4000 ÉLÈVES DES LOCALITÉS FRONTALIÈRES AVEC LA GAMBIE (IA)

Quatre mille élèves sénégalais de 48 établissements scolaires situés à moins de cinq kilomètres de …