téléchargement (2)

THIERNO BOCOUM SUR LES  « 74 MILLIARDS DE IDRISSA SECK » « Samuel Sarr est mal placé pour accuser Idy parce qu’il devait répondre à la Crei »

Député à l’Assemblée nationale et Chargé de la communication du parti Rewmi, Thierno Bocoum a donné son avis sur les conditions de la libération de Karim Wade avant de répondre à Samuel Sarr. Invité de l’émission « Grand Oral  », samedi dernier, sur les ondes de la radio Rewmi Fm, Thierno Bocoum déclare que Samuel Sarr est mal placé pour accuser Idy parce qu’il est sur la liste de ceux qui devaient répondre à la Crei.

Libération de Karim Wade

« Il ne s’agit plus de dire simplement deal mais il s’agit de le constater parce qu’il y a eu énormément d’indices accablants qui peuvent permettre à tout chacun de savoir que ce qui s’est passé n’a rien à voir avec une libération normale. Vous avez tous vu que Karim Wade a été libéré, tard dans la nuit. Il est parti rejoindre un jet privé qui l’attendait déjà. Je pense que Idrissa Seck, il faut qu’on lui reconnaisse qu’il ne parle jamais pour parler et ça quand il l’a dit, il n’y avait même pas de libération de Bourgi, de Diassé, etc. Donc, les choses se sont enclenchées très rapidement et ça a abouti à ce résultat. Quand on disait que c’était un deal international personne ne nous croyait, que ça n’a rien à voir avec un dialogue national. Idrissa Seck a été attaqué. On disait qu’il devait répondre à l’appel du Président au nom de la démocratie, de la paix sociale, de la stabilité. Ça n’avait absolument rien à voir ; la preuve vous n’avez plus de trace de ce que dialogue national. Encore une fois, on n’a aucun problème. Aujourd’hui, ce qu’il y a au-devant de la scène, c’est la libération de Karim Wade. »

Accusation de « deal ignoble » porté par Idy contre Macky et Karim

« Ce qu’il dit, c’est qu’il y a une conspiration. Ce n’est pas seulement par rapport à Karim Wade et cette conspiration évolue d’ailleurs. Cependant, certains responsables sont plus prompts à attaquer Idrissa Seck qu’à s’attaquer à Macky Sall. Si c’est par rapport à Karim Wade qui l’a mis en prison, qui a utilisé la Crei, qui a violé ses droits ? Parce ce que nous, nous insistons et persistons que ces droits ont été violés. Mais il faut faire la distinction entre la violation de ses droits et sa culpabilité. Ce qu’il a fait et ce qu’il n’a pas fait. Vous regardez un peu les conséquences de ce deal-là. Dans le procès, on dit qu’il n’y a pas de liens entre Bibo Bourgi, Diassé et Karim. On se rend compte que pour les libérer, il fallait les libérer en même temps. On ne peut pas, sur des questions comme ça, privilégier des ententes, des deals sur le dos des populations. Ce n’est pas acceptable. S’agissant de Karim Wade, comment pouvez-vous comprendre qu’une personne vous dise que compte tenu de mes conditions de libération, je n’ai pas pu faire ceci ou cela. Alors que les conditions de libération, ce n’est rien d’autre qu’une grâce présidentielle. La grâce présidentielle ça permet à tout gracié de pouvoir vaquer à ses occupations. S’il a été forcé à aller au Qatar, cela veut dire qu’il y a eu entente ou deal et Idrissa Seck a raison. D’ailleurs, le ministre de la Justice a dit qu’il ne peut pas vous dire où est parti Karim Wade après sa libération parce qu’il a été libre après sa sortie de prison. Quand on cache un deal, les déclarations deviennent incohérentes. C’est pourquoi, il y a eu beaucoup d’incohérences. Le ministre de la Justice dit ceci, Karim Wade dit cela. Ce qui est constant, c’est que c’est une entente. »

Réplique de  Bocoum à Samuel Sarr

« Samuel Sarr accuse Idrissa Seck d’avoir volé 74 milliards de nos francs dans un compte qu’il a manipulé avant de le clôturer. Certains responsables du Pds étaient sous la bonne grâce de Macky Sall. Ils étaient pour la plupart gérés par Macky Sall. Ils sont restés mais en même temps ils travaillaient pour lui. Je peux vous dire que nous savons beaucoup de choses. Beaucoup d’entre eux sont des taupes dans l’opposition. Dans cette affaire-là, ils sont pressés d’aller le rejoindre donc ils s’attaquent aveuglement à tout le monde. Nous sommes habitués à ces attaques-là venant d’eux parce que nos 10 ans de résistance, c’était contre certains responsables du Pds qui ont créé des journaux pour nous attaquer. Pour répondre à cette question, c’est Abdoulaye Wade lui-même, le 21 janvier 2007, qui a dit devant la presse que les accusateurs d’Idrissa Seck ont été incapables d’amener la moindre preuve. C’est lui-même qui l’a dit. Aujourd’hui, on nous parle de 74 milliards. On nous avait parlé de 40 milliards mais ces gens-là ne respectent pas les Sénégalais. Si dans ce pays, il y a quelqu’un qui garde 74 milliards mais les gens en ont besoin. Il faut dire que Idrissa Seck a tranché cette question et définitivement. Maintenant, qui a parlé, Samuel Sarr. Moi, lorsque je suis entré dans la politique, c’est à travers des affaires nébuleuses que j’ai connu Samuel Sarr telles que le meurtre de Me Babacar Sèye. Je ne le connais pas dans des actions pour le pays. En tant qu’opposant, je ne l’ai jamais rencontré dans une marche ou une rencontre politique. Voilà quelqu’un qui devait répondre de ses actes parce qu’il est sur la liste de ceux qui devaient faire face à la Crei. Aujourd’hui, Macky Sall les utilise comme bras armés parce qu’il met en avant un pardon qui ne lui appartient pas. Ce n’est pas à Macky Sall de pardonner qui que ce soit. L’argent appartient au peuple sénégalais. Samuel Sarr est mal placé pour faire ces accusations. »

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

telechargement-1

SEYDOU GUEYE REPLIQUE A CHEIKH BAMBA DIEYE «La myopie politique renvoie à une vision sombre des choses»

Cheikh Bamba Dièye avait  presque tourné en dérision la récente sortie du chef du gouvernement …