20 décembre, 2014
Accueil » ECONOMIE » THIES : L’Ancar promeut le bio-digesteur dans la zone rurale
THIES :   L’Ancar promeut le bio-digesteur dans la zone rurale

THIES : L’Ancar promeut le bio-digesteur dans la zone rurale

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet pilote Gdt -gestion durable des terres-, l’Ancar a introduit et diffusé beaucoup de technologies dans certaines communautés rurales telles que Notto Diobas et Méouane , parmi lesquelles figurent en bonne position les bio digesteurs, technologies révolutionnaires permettant la production de biogaz, produit de substitution au bois de feu.
La majorité de la population rurale dépend de l’agriculture et de l’élevage comme source de nourriture, d’habitat et de revenus, à travers la production, le transfert, la transformation et la commercialisation des produits agricoles. Ce mode de vie est largement tributaire de la conservation des produits agricoles. Aujourd’hui, on constate que ces ressources sont menacées de dégradation. Toutefois, cette dégradation est aussi exacerbée par les facteurs anthropiques, notamment, les mauvaises pratiques agricoles, au sens large et la recherche de bois de feu et de service. En guise d’exemple, 40 000 ha de nos forêts sont détruits chaque année et les 84 % finissent en consommation énergique des ménages, sous formes de bois et charbon de bois. Maintenant, entre le besoin de disposer d’un combustible bon marché et la nécessité environnementale de stopper les causes de dégradation des écosystèmes agro-sylvo-pastoraux, l’équilibre est très précaire pour ne pas dire difficile à obtenir. Pour tenter de renverser cette tendance, l’Etat du Sénégal a mis en place un projet pilote dont un des objectifs principaux est de promouvoir l’adoption de pratiques de gestion durable des terres dans la zone prioritaires de production. C’est au relèvement de ce défi que tentent de contribuer l’Ancar et ses partenaires (Ugpmn et Eiffer). Mme Kane, directrice du service régional de l’Ancar, revenant sur l’importance d’introduire des bio-digesteurs en monde rurale, soulignera que «l’introduction et la diffusion de cette technologie auprès des ménages ruraux permet de réduire la demande en combustibles, de générer des économies pour les responsables de familles et d’atténuer les effets négatifs de la fumée du bois du charbon sur la santé des populations ».

ALELO

REWMI QUOTIDIEN