TECHNOLOGIES

Tic innovation Windows 10, un loup dans la bergerie ?

  • Date: 26 août 2015
 Il semble bien que ce soit au jeu du chat et de la souris que joue Microsoft depuis quelques semaines avec son annonce surprenante ‘’d’offrir’’ la mise à jour de Windows 10 aux pirates et autres propriétaires de logiciels dont la ‘’légalité’’ est relative… Dernier rebondissement de cette saga à suspense : la décision de plusieurs sites de type torrent de tout simplement bannir les détenteurs de cette mise à jour de leurs forum par, disent-ils, ‘’mesure de précaution’’.

 C’était pourtant parti d’une (apparente) bonne intention : il y a quelques semaines, les responsables du géant informatique Windows avaient annoncé qu’ils n’empêcheraient pas les détenteurs de ‘’versions piratées’’ de Windows 7 et 8 de passer sous Windows 10, à la condition que cette mise à jour soit elle-même étiquetée comme ce qu’elle est, c’est-à-dire invalide.

Concrètement, cela veut dire que Microsoft ne limitera pas les fonctionnalités de l’OS pour les pirates, se contentant d’un « watermark », sorte de tampon imprimé en transparence sur le fonds d’écran de ses derniers, pour les « prévenir » que la copie de Windows tournant sur la machine n’est pas valide…

Jusque-là, rien de très nouveau, sauf que ce que l’on ne nous dit pas, c’est que même si cette mise à jour n’est pas limitée, elle implique bien des choses pas si géniales que cela. La première d’entre elles, peut-être, étant que les copies illicites ne bénéficieront pas du support de Microsoft… La deuxième, et c’est là que le bât blesse vu la nouvelle nature, plus « pernicieuse »,  de l’outil de mises à jour de Windows 10, étant que lesdites upgrades « automatiques » proposées par Microsoft sont susceptibles d’empêcher de jouer à des jeux piratés et surtout de désactiver l’utilisation de matériel non autorisé. Sachant que ledit outil télécharge et installe les mises à jour automatiquement, Microsoft semble là imposer, l’air de rien, des restrictions logiciels et matérielles à ses utilisateurs, qui ne sont aujourd’hui plus libres d’installer ce que bon leur semble.

Si Windows, pour le moment, rassure que la stipulation explicitant cette nouvel état de fait dans son contrat de service ne concerne que les « jeux Xbox et Windows édités par Microsoft et plus largement l’utilisation de jeux piratés dans Xbox Live », de même que les «  jeux exploitant des comptes Microsoft et qui peuvent être téléchargés sur Windows Store » et ne s’applique donc pas à l’ensemble des contenus exécutés sur le PC, cette nouvelle clause est en elle-même amplement suffisante à semer un vent de paranoïa dans les cercles de piratage.

En effet, les détracteurs du géant Redmondais, pour lesquels la messe est d’ores et déjà dite concernant Windows 10, sont d’avis de ne prendre aucun risque quant à la confidentialité et, plus généralement, la survie de leurs plates-formes d’échanges et de téléchargements. Certains, comme le très secret tracker BitTorrent ITS, ont tout simplement décidé de ne pas accepter de connexions depuis des ordinateurs sous Windows 10.

Ladite décision, selon les administrateurs de cette plate-forme, découlerait tout naturellement de ce qu’ils appellent « la très mal nommée « politique de protection de la vie privée » de Windows 10 » qui offrirait, selon eux, à Microsoft la possibilité d’obtenir par défaut de nombreuses données privées de ses utilisateurs :

« Malheureusement, Microsoft a décidé de révoquer toute forme de protection des données et de soumettre tout ce qu’ils pouvaient ramasser, non seulement à eux-mêmes mais aussi à d’autres (…) Entre autres choses, Windows 10 envoie les contenus de vos disques locaux vers l’un de ses serveurs (…). Evidemment, ça va trop loin et c’est une menace sérieuse pour des sites comme les nôtres, et c’est pourquoi nous avons dû prendre des mesures. Depuis jeudi dernier, Windows 10 est officiellement banni», affirme ITS sur sa page Reddit.

Si d’aucuns, notamment dans la presse spécialisée, fustigent cet « excès de zèle » de la part des pirates, en y opposant l’argument que rien ne donne, ni à Microsoft ni à des partenaires le droit d’envoyer le contenu de l’ordinateur sur des serveurs distants pour les analyses et encore moins à regarder si les utilisateurs exécutent des jeux piratés ou d’autres contenus piratés sous Windows 10, force est néanmoins d’admettre l’installation par défaut bien trop discrète sur la protection des données de Windows 10 (NDLR : autorisation de collecte et le transfert de certaines informations à Microsoft etc.), a effectivement de quoi donner de l’urticaire à toute personne ayant le moindre logiciel « bidouillé » sur sa bécane… Reste à voir comment les choses vont se décanter !

Sophiane Bengeloun

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15